/investigations/politics
Navigation

Justin Trudeau et Vladimir Poutine: ni rencontre ni appel depuis 2015

FILES-CANADA-US-RUSSIA-DIPLOMACY
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau n’a eu aucune rencontre seul à seul et aucun appel téléphonique avec Vladimir Poutine depuis qu’il est premier ministre du Canada, d’après des données compilées sur le site du Kremlin par notre Bureau d’enquête.

• À lire aussi: Espionnée par la Russie depuis 30 ans

« Justin Trudeau est arrivé au pouvoir en 2015 et aujourd’hui il est le seul chef de gouvernement du G7 à n’avoir aucun contact avec Vladimir Poutine. Il n’a jamais eu de rencontre bilatérale », affirme Jocelyn Coulon, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM). 

Selon lui, « le poids de la communauté ukrainienne, le fait que Mme [Chrystia] Freeland est de descendance ukrainienne a son influence dans le fait qu’on semble avoir mis une croix sur la Russie ».

La recension de tous les communiqués du Kremlin à propos de rencontres avec des dirigeants étrangers montre que la situation est bien différente pour d’autres pays occidentaux. 

Depuis le 1er janvier 2021, le président français Emmanuel Macron a discuté 20 fois avec Vladimir Poutine, les chanceliers allemands l’ont fait à 14 reprises et le président américain, Joe Biden, lui a parlé six fois. 

Politique « de principe » 

« Les relations entre le Canada et la Russie sont inexistantes sur le plan diplomatique », constate aussi Justin Massie, professeur en science politique à l’UQAM. 

Selon lui, le Canada emploie une politique étrangère dite « de principe » qui se résume essentiellement à ne pas parler à ceux avec qui il n’est pas d’accord. 

M. Massie souligne que le Canada a peu de relations économiques avec la Russie, ce qui lui permet d’adopter une telle position sans conséquence. 

« C’est l’inverse de ce que constitue la diplomatie. Habituellement, on parle avec tout le monde pour arriver à défendre les intérêts du Canada sur la scène internationale », dit-il. 

Une opinion partagée par Jocelyn Coulon, qui soutient que le Canada « doit toujours avoir un dialogue non seulement avec ses amis, mais aussi avec ses adversaires ».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.