/sports/racing
Navigation

Les monoplaces rouleront à Montréal

Foi de François Dumontier, le Grand Prix du Canada aura bel et bien lieu en juin

F1-François Dumontier
Photo Chantal Poirier François Dumontier, promoteur du Grand Prix du Canada, a bien hâte de présenter à nouveau l’événement après deux ans d’absence, en raison de la COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

À pareille date en 2020 et 2021, la faute à la pandémie, François Dumontier ne savait toujours pas si la Formule 1 allait faire escale à Montréal. 

• À lire aussi: Connaissez-vous la F1?

• À lire aussi: Première au Circuit Gilles-Villeneuve

• À lire aussi: F1 2022: la saison des changements

D’abord reportée de juin à l’automne en 2020, la course avait été finalement annulée le 24 juillet. Un an plus tard, le 28 avril précisément, elle était aussi rayée du calendrier. 

Mais cette fois, les monoplaces de F1 vont bel et bien rouler au circuit Gilles-Villeneuve du 17 au 19 juin. 

« Je vous le confirme, le Grand Prix du Canada sera présenté à la date prévue, d’affirmer sans retenue son promoteur, en entrevue au Journal. Le montage du circuit devrait commencer au cours des prochains jours et autant le cirque de la F1 que les amateurs ont bien hâte de renouer avec cet événement. »  

« La Santé publique, localement, nous a donné le feu vert, a-t-il renchéri. Avec les allègements qui ont été récemment annoncés, la course peut avoir lieu. On a changé l’heure et la neige fond. On peut s’activer... » 

La conscience tranquille 

Les nouvelles sont aussi bonnes pour la ville de Montréal, qui a été privée de son activité touristique la plus importante de l’année, la plus importante, en fait, au pays. 

C’est donc la conscience tranquille que Dumontier peut enfin accorder le feu vert à son équipe pour amorcer les travaux de préparation destinés à accueillir la grande visite privée d’une halte si appréciée au cours des deux dernières années.  

Les employés seront notamment affectés à l’aménagement des tribunes temporaires et au nettoyage des lieux après un hiver rigoureux. La F1 et les spectateurs profiteront, pour seulement la deuxième fois, des nouvelles installations qui avaient été inaugurées avec éclat en 2019. 

Un engouement sans précédent ? 

Le forfait du Grand Prix du Canada semble avoir créé un engouement sans précédent. En consultant le site officiel, on constate que la plupart des tribunes affichent complet. 

« On n’est pas encore à guichets fermés, d’indiquer Dumontier. Mais presque. Si bien qu’actuellement, on évalue la possibilité d’ajouter des sièges. »

Il estime qu’environ 30 % des spectateurs qui avaient acheté leurs billets pour l’événement de 2020 les ont conservés. Une donnée qui correspond à la prévente habituelle.

Un voyage à Bahreïn

Dumontier s’est déplacé à Bahreïn la semaine dernière pour assister aux derniers essais préparatoires en prévision du premier Grand Prix de la saison, qui aura lieu sur le circuit de Sakhir dimanche.

« J’aurais souhaité y rester, affirme-t-il, mais j’avais beaucoup de travail à effectuer à Montréal. J’ai quand même pu voir les nouvelles voitures de près et j’ai réalisé qu’elles se ressemblaient beaucoup moins que dans le passé.

« Entre une Mercedes et une Ferrari, les différences sont importantes. J’ai aussi observé qu’elles avaient sérieusement évolué entre les premières journées d’essais [à Barcelone] et les trois dernières à Bahreïn. »

Parlant de Ferrari, Dumontier est heureux de voir qu’elles se sont bien comportées lors des essais hivernaux.

« C’est une nouvelle réjouissante, prétend-il. Ça ne nuira pas à la popularité de notre course. Sans dénigrer les autres équipes, quand Ferrari va bien en général, le Championnat du monde de F1 ne s’en porte que mieux. Il y a tellement de tifosi dans le monde, incluant à Montréal. »

Journée portes ouvertes sacrifiée ?

Les dirigeants de la F1 ont annoncé pendant l’intersaison que la programmation d’un Grand Prix était réduite de quatre à trois jours. Les conférences de presse des pilotes sont ainsi reportées au vendredi matin. Les acteurs principaux de la F1 ne sont donc plus obligés de se présenter au circuit le jeudi. 

« Nous, les promoteurs, en avons discuté, de souligner Dumontier. Et certains ne sont pas d’accord avec cette démarche. Ce n’est pas sûr encore que cette journée sera sacrifiée. De notre côté, on souhaite maintenir notre activité de portes ouvertes, si chère à notre public, le jeudi. »

Il reconnaît que l’épreuve présentée en Azerbaïdjan [Bakou], la semaine précédente, complique la situation. 

Enfin, l’annulation du Grand Prix de Russie ne changera pas les intentions de la F1 de présenter 23 épreuves. Du jamais-vu dans la discipline-reine du sport automobile.

« La F1 y tient, de répondre Dumontier. Des pays [comme la Turquie et le Portugal notamment] ont assuré la relève pendant la pandémie et ils sont disposés à le faire de nouveau. » 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.