/entertainment/music
Navigation

Magnétique Charlotte Cardin

Coup d’envoi triomphal, à l’Impérial Bell, d’une série de concerts à guichets fermés à Québec et à Montréal

Charlotte Cardin
Photo Courtoisie Impérial Bell, Jacques Boivin Charlotte Cardin était ravie de lancer sa tournée Phoenix à l’Impérial Bell, rempli pour les retrouvailles de la chanteuse avec le public de Québec, mercredi soir.

Coup d'oeil sur cet article

Dans un Impérial Bell complètement sous son charme et bruyamment vendu à sa cause, Charlotte Cardin s’est servi de tout son magnétisme, mercredi soir, pour donner un triomphal coup d’envoi à une impressionnante série printanière de vingt et un concerts à guichets fermés à Québec et à Montréal.

Un an après la sortie de son premier album, Phoenix, et tout juste après l’obtention de six nominations aux prix Juno – une de plus que Justin Bieber et The Weeknd, rien de moins –, la popularité de l’artiste québécoise est à son zénith.

D’ici au 26 juin, elle aura chanté huit fois à l’Impérial Bell et 13 fois au MTelus, à Montréal, une portion de la tournée qui devait débuter en janvier, mais qui a été retardée en raison des restrictions sanitaires.

En tenant compte de la capacité des deux salles (950 à Québec, 2200 à Montréal), 36 200 spectateurs la verront durant cette séquence hors de l’ordinaire, un total qui ne tient pas compte de ses autres dates en Europe, aux États-Unis, au Canada et dans le reste de la province.

Ce n’est pas compliqué, avec tous ces billets vendus, elle aurait tout aussi bien pu s’offrir un soir au Centre Vidéotron et deux ou trois au Centre Bell.

Sensuelle

Comme on avait pu l’observer lors d’un concert en plein air, l’été dernier, à Rimouski, Charlotte Cardin a pris de l’assurance sur scène et son charisme a fait mouche dès les premières notes de Passive Agressive, en ouverture.

À maintes reprises, elle a joué la carte de la sensualité, se déhanchant langoureusement sur les rythmes mid-tempo des chansons de son album Phoenix, majoritaires au programme et toutes bien assimilées par ses admirateurs, qui ne se sont pas gênés pour les chanter avec la vedette pop.

« C’est tellement spécial, vous connaissez les paroles. Sachez que jamais on ne s’habitue à ça », leur a-t-elle humblement confié, un large sourire illuminant son visage.

Vives réactions

Bien que presque tous les titres au menu étaient en anglais, on retient sa sublime et intense interprétation de la franco Je quitte, une des plus belles compositions de Phoenix et une de ses belles performances vocales de la soirée, de même que son électrisante reprise de Fous n’importe où, de Daniel Bélanger.

Charlotte Cardin a aussi obtenu de vives réactions sur Sex To Me, clairement un moment fort de son spectacle et une belle occasion pour une petite danse collective, et sur Meaningless, incontournable carte de visite et instant d’euphorie disco-pop.

Accompagnée de deux musiciens, l’artiste montréalaise avait pour toute mise en scène un écran géant, utilisé avec doigté et parcimonie.

On y a notamment vu un oiseau lui donner la réplique (oui, oui) sur le duo XOXO. Plus loin, la projection d’une image remplie de bougies pour les sensibles Sun Goes Down et Anyone Who Loves Me, offertes en communion avec le public, était du plus bel effet.

Malheureusement pour ceux qui n’ont pas de billets pour ses sept autres concerts du printemps, il faudra espérer qu’elle se retrouve bientôt sur une grande scène, que ce soit au Festival d’été ou au Centre Vidéotron, pour la voir.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.