/finance
Navigation

Hausse du prix des aliments: la course aux aubaines gagne des adeptes

La hausse de 7,4 % du coût des aliments en février fait naître des légions de chasseurs de petits prix au Québec

Inflation aubaine boutique F Menard
Photo Julien McEvoy Sylvie Grondin et son conjoint Roger Bachand n’achètent leur viande qu’à la boucherie F. Ménard, à Ange-Gardien, en Montérégie, car « en plus d’être de meilleure qualité, elle coûte moins cher qu’au supermarché ».

Coup d'oeil sur cet article

L’inflation atteint encore une fois de nouveaux sommets et la course aux aubaines de nombreux Québécois s’intensifie. Certains arrivent tout de même à payer deux fois moins cher pour leur nourriture en évitant les chaînes de supermarchés.

• À lire aussi: Inflation: la pression toujours plus forte pour les petites épiceries

• À lire aussi: Hausse du prix de l’essence: presque tout va coûter plus cher

• À lire aussi: L’inflation augmente de 5,7% en février au Canada, un record depuis 1991

La hausse des prix en février s’est établie à 5,4 % au Québec. Dans l’ensemble du Canada, la hausse est de 5,7 %, indiquait Statistique Canada hier. C’est la plus forte augmentation depuis août 1991. 

C’est le 11e mois de suite que l’inflation dépasse la cible de 3 % fixée par la Banque du Canada. C’est aussi le deuxième mois d’affilée où la barre des 5 % d’inflation est franchie. 

  • Écoutez l'édito économique de Michel Girard diffusé chaque jour en direct 6 h 50 à QUB radio :   

Tout est plus cher

« Ce n’est pas juste une impression, tout devient vraiment plus cher », disait hier le directeur général et chef de la stratégie macroéconomique pour Desjardins, Royce Mendes. 

D’ailleurs, si on enlève l’essence, l’indice des prix à la consommation (IPC) a tout de même augmenté de 4,7 % d’une année à l’autre en février, dépassant la hausse enregistrée en janvier 2022 (+ 4,3 %). 

Catherine Turcot et Jean-François Bellino viennent jusqu’à trois fois par semaine à l’épicerie Les Escomptes St-Jean, à Saint-Jean-sur-Richelieu, ce qui leur permet d’économiser « des milliers de dollars par année ».
Photo Julien McEvoy
Catherine Turcot et Jean-François Bellino viennent jusqu’à trois fois par semaine à l’épicerie Les Escomptes St-Jean, à Saint-Jean-sur-Richelieu, ce qui leur permet d’économiser « des milliers de dollars par année ».

Les épiceries au rabais

La nourriture est l’autre grande responsable, avec une hausse de 7,4 % entre février 2021 et février 2022. 

À Saint-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie, les clients de l’épicerie Les Escomptes St-Jean se sentent toutefois un peu plus à l’abri des hausses que les autres. 

  • Consultez la carte interactive des épiceries à rabais

Hier, au passage du Journal vers midi, le stationnement et le magasin étaient pleins à craquer, signe de la popularité de l’endroit. 

Le propriétaire, Yves Dubé, arrive à offrir des prix imbattables sur le pain et une foule d’autres aliments – autant des fruits et légumes que de la viande – grâce à ses relations de longue date avec de nombreux fournisseurs, qu’il garde jalousement secrets. 

« Je vends en gros, mais on vend à tout le monde aussi », lance-t-il devant « une des 12 palettes » de fromage Caprice des dieux qu’il vient de recevoir. 

Ce fromage, vendu 5,79 $ ailleurs, se détaille à 1 $ ici. 

« Oui, ils sont plus près de la date de péremption, mais ils se congèlent très bien », lance le propriétaire. 

Cela n’est rien pour empêcher Catherine Turcot et Jean-François Bellino, deux clients de longue date, de s’en procurer. 

« On regarde les arrivages sur la page Facebook et on peut venir trois fois par semaine », dit le client, dont la conjointe porte leur deuxième enfant.

Le pain et le fromage sont deux « incontournables ». Ils viennent aussi pour acheter des côtes levées, du poisson et des fruits de mer, « qui sont vraiment pas chers ».

En tout, l’éducatrice en garderie et le gestionnaire dans le privé estiment économiser quelques milliers de dollars par année en magasinant chez Les Escomptes St-Jean.

Un autre client, Christopher Galleau, vient acheter ce dont il a besoin pour le restaurant où il travaille. 

« C’est facilement deux fois moins cher qu’ailleurs », lance-t-il avant de souffler qu’Yves Dubé lui offre souvent des prix que ses fournisseurs n’arrivent pas à égaler.

Boucherie aux prix qui sourient

Quelque 50 km plus au sud, à Ange-Gardien, c’est plutôt la viande que l’on trouve à bon prix. « Chaque fois que je viens, je fais le plein », dit Sylvie Grondin, qui habite Lac-Brome, au sujet des viandes de la boucherie F. Ménard. 

Son conjoint, Roger Bachand, habite plus près, lui. « Ça fait 16 ans que je n’achète ma viande qu’ici, sauf quand il y a des gros spéciaux ailleurs », dit-il.

Non seulement les produits sont-ils de meilleure qualité, ils sont aussi moins chers, assure le fidèle client, car les clients « ne payent pas pour la cote que se prend le supermarché ». 

Il n’a pas tort. Chez F. Ménard, le filet de porc frais se vendait hier à 14,31 $ le kilo contre 18,72 $ dans une grande chaîne – un écart de 31 %. La côte levée de dos de porc était à 14,41 $ le kilo, contre 19,82 $ dans la même grande chaîne (écart de 38 %). 

Avec le prix de la viande qui a bondi de 11,7 % en février, ces différences de prix n’ont rien d’anodin.

L’explosion du coût de la vie en quelques chiffres  

5,7 % Inflation au Canada de février 2021 à février 2022 (plus forte hausse depuis août 1991)

5,4 % Inflation au Québec de février 2021 à février 2022

7,4 % Hausse du prix des aliments achetés en magasin, de février 2021 à février 2022, soit davantage que la hausse de 6,5 % enregistrée en janvier et la plus forte hausse depuis mai 2009 

32,3 % Hausse du prix de l’essence à la pompe au Canada de février 2021 à février 2022

6,6 % Hausse du coût du logement pour l’ensemble des Canadiens de février 2021 à février 2022, soit la hausse la plus marquée depuis le mois d’août 1983

À voir aussi    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.