/opinion/columnists
Navigation

Le caméléon conservateur

Coup d'oeil sur cet article

Jean Charest a ôté ses habits de Québécois pour ne pas déplaire à l’électorat conservateur de l’Ouest. Peut-on le lui reprocher ? Rouge ou bleu ou vert ou orange ou ce que vous voulez, le caméléon adopte la couleur qui le camoufle dans son environnement immédiat.

La médiocrité politique qui a cours chez nous permet à certains politiciens opportunistes d’oublier tout souci pédagogique pour se contenter de flatter son électorat dans le sens du poil.

La loi 21 québécoise a-t-elle mauvaise presse au Canada anglais ? Jean Charest oublie les compétences provinciales et promet de la combattre... Il a aussi fait une Valérie Plante de lui-même en oubliant de parler français lors d’une allocution.

S’il devient chef du PCC, il pourra revenir sur ces « idées », en bon caméléon, pour ne pas déplaire au Québec. Caméléon un jour, caméléon toujours. 

  • Écoutez la rencontre Gilles Proulx et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 9 h via QUB radio :  

Anglade aussi

J’ai commencé par vous parler de Jean Charest, mais j’aurais pu vous parler de Dominique Anglade.

La cheffe du Parti libéral ne sait plus où donner de la tête. Au lendemain de la victoire de François Legault, elle devait être nationaliste. Loin de là ! Elle est devenue « gauchiste ».

Sainement nationaliste, elle ne l’est plus. Sa clientèle de manipulateurs « statutquistes », désormais presque exclusivement anglo ou allophone, lui a rappelé le risque de voir apparaître un nouveau parti politique...

La voici condamnée à jouer au caméléon, elle aussi.

Bleu pâle

Est-ce mieux du côté de François Legault ? Son nationalisme, qu’il porte à la boutonnière, se limite à son Panier Bleu... un bleu de plus en plus pâle !

Et que dire de Justin Trudeau, qui aime les écolos, mais qui évite de pénaliser les pétrolières qui nagent dans les profits comme jamais ?

Ne vous étonnez donc pas si vous voyez que les Pierre Poilievre ou les Patrick Brown chez les conservateurs fédéraux, ou encore les Éric Duhaime sur la scène nationale, grimpent dans les intentions de vote... Peut-être sont-ils des « populistes »... Mais ce ne sont pas des caméléons !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.