/opinion/columnists
Navigation

Zelensky lance un ultime appel aux Américains

Coup d'oeil sur cet article

Le président ukrainien a livré un vibrant plaidoyer, implorant les États-Unis de redoubler d’efforts pour aider son pays à repousser l’invasion russe.

Alors que les troupes russes entourent Kyïv, Volodymyr Zelensky a lancé au Congrès américain un appel à l’aide de la dernière chance.

La survie de l’Ukraine dépend de l’aide que lui apporteront les États-Unis et leurs alliés. Le défi est de maximiser cette aide sans donner à la Russie le prétexte d’une intervention directe qui risquerait d’entraîner le monde dans une escalade incontrôlable.

Un message qui porte

Impossible de rester insensible au message de Zelensky, qui a accompagné son poignant appel d’une vidéo qui ne pouvait pas faire autrement que de prendre l’auditoire aux tripes. Le président ukrainien a répété à peu près le même message qu’il avait livré aux parlementaires canadiens, avec deux différences clés.

D’abord, il a réitéré sa demande d’une zone d’exclusion aérienne, mais, comme il doit commencer à comprendre que cette option est impraticable du point de vue américain, il a ajouté une demande plus réaliste à laquelle Joe Biden peut répondre immédiatement, soit de lui fournir les moyens de contrer les bombardements aériens meurtriers des Russes et d’armer les citoyens ukrainiens qui offrent une résistance héroïque au ras du sol.

Ensuite, il a conclu son allocution en anglais, en évoquant habilement plusieurs symboles chers aux Américains. 

Il dit comprendre les appréhensions des Américains face à la perspective d’une troisième guerre mondiale, tout en soutenant que, de son point de vue, cette guerre entre la démocratie et le totalitarisme est déjà commencée et il est en plein dedans.

Les États-Unis à la rescousse

Le président Biden a débloqué hier un budget d’environ 800 millions de dollars pour armer l’Ukraine. Cette aide comprend des systèmes sophistiqués pour aider la défense antiaérienne et freiner l’avance des blindés russes, en plus d’une grande quantité d’armes légères et de munitions pour aider les conscrits ukrainiens à mener la vie dure aux forces d’invasion.

Cette aide ne répond pas à toutes les demandes de l’Ukraine, mais elle renforcera concrètement ses capacités de résistance. On se demande encore pourquoi les États-Unis hésitent tant à fournir les avions que les Ukrainiens réclament.

Le président Biden se rendra aussi bientôt en Europe pour consolider l’appui de l’OTAN aux Ukrainiens et réitérer la détermination des alliés de résister à toute incursion sur le territoire de l’un d’entre eux.

Calculs partisans

En politique étrangère américaine, les calculs partisans et électoraux ne sont jamais absents des préoccupations des décideurs. Il n’est toutefois pas garanti que le leadership international du président américain sera politiquement payant.

Pour Biden et les démocrates, les divisions entre républicains face à la Russie représentent une occasion de gains politiques, car le leader de facto du Parti républicain et encore candidat présumé à la présidence, Donald Trump, ne s’est jamais distancé significativement de ses déclarations sympathiques envers Vladimir Poutine.

Dans un contexte de forte polarisation partisane, les républicains ne feront pas obstacle à l’aide à l’Ukraine, mais ils ne feront pas de quartiers à un président affaibli par une pandémie qui s’éternise et une inflation hors de contrôle. Une autre question importante est de savoir si le ralliement des Américains pour l’Ukraine et contre la Russie de Poutine suffira aux républicains pour s’affranchir de l’influence de Donald Trump.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.