/auto/opinion
Navigation

Un Ford Maverick Hybrid qui n'est qu'illusion

Un Ford Maverick Hybrid qui n'est qu'illusion

Coup d'oeil sur cet article

Je vous raconte cette semaine une histoire presque banale, mais qui illustre la réalité du marché d'aujourd'hui. Celle d’un ami qui a commandé une camionnette Ford Maverick Hybrid 2022 en novembre dernier, et qui l’attend toujours. 

L’histoire débute en octobre alors que mon ami découvre l’existence de cette petite camionnette  frugale (6,3 L/100 km) qui répond en tout point à ses besoins.

Il choisit de faire la tournée des concessionnaires de la Rive-Sud de Montréal et reçoit invariablement la même réponse : aucune possibilité d’obtenir ce modèle avant au moins un an, peut-être plus. Ainsi, il se heurte à cette triste réalité du marché, celle de délais déraisonnables causés par une multitude de raisons qui, de plus en plus, nous semblent discutables. D’ailleurs, la COVID-19 et la pénurie de semi-conducteurs électroniques ont le dos large lorsqu’il est question de disponibilité de véhicules.

C’est du moins ce que l’on peut conclure en observant chez nous une forte pénurie de modèles alors que les cours des concessionnaires américains sont très souvent bien garnies. Surtout chez les constructeurs américains. Bien souvent, les constructeurs préfèrent vendre leurs véhicules aux États-Unis (avec raison) où la profitabilité est plus grande. 

La commande est passée

Cela étant dit, après avoir visité quatre concessionnaires Ford, mon ami a finalement trouvé celui qui saura lui obtenir une camionnette Maverick telle qu’il la désire. Un modèle XL de base, auquel il ajoute quelques options comme l’enduit de caisse et les tapis moulés. Son concessionnaire commande le véhicule le 8 novembre 2021 en lui promettant une livraison pour avril, peut-être mai 2022. À ce moment, il est évidemment impossible d’obtenir un numéro de série, mais le reçu d’un dépôt de 500 $ constitue une garantie que la commande est bel et bien faite. Toutefois, quelques semaines plus tard, Ford annonce que le carnet de commandes pour les Maverick Hybrid 2022 est déjà complet. Inquiet, mon ami vérifie avec le concessionnaire que sa commande est bel et bien enregistrée et qu’il pourra l’obtenir dans les délais prévus. Il obtient alors une réponse positive.

En janvier, il recontacte son concessionnaire, question de faire un suivi.  « Pas de problème, la commande de la camionnette suit son cours », lui répond le vendeur. Mais voilà qu’il y a environ un mois, il reçoit un appel lui mentionnant qu’il lui faudra couper quelques options ajoutées en supplément s’il souhaite que sa camionnette soit produite dans les délais. Cet appel le rassure puisque cela lui confirme qu’il pourra l’obtenir, bien qu’il doive faire une croix sur certains accessoires. Il accepte donc la proposition du concessionnaire qui, sans doute, révisera le prix en conséquence.

Cette semaine, un autre coup de fil. Cette fois, c’est moins positif : la production sera repoussée de plusieurs mois, ce qui signifie que la camionnette pourrait être fabriquée en juillet... ou plus tard. Conséquence, la livraison est prévue pour tard à l’automne, peut-être même en 2023. Et toujours pas de numéro de série.

Mon ami a-t-il été mené en bateau? Le vendeur a-t-il réellement passé la commande au moment où le dépôt a été donné? A-t-on plutôt choisi d’attribuer cette allocation de véhicule à quelqu’un d’autre? Est-ce que l’usine mexicaine de Hermosillo où sont fabriquées ces camionnettes a réellement annoncé de nouveaux retards de production? A-t-on simplement choisi de ne pas produire ces unités pour des raisons stratégiques? Et surtout, a-t-on vendu un véhicule sans vraiment en connaître la date d’arrivée, mais en faisant croire le contraire? Malheureusement, impossible d’obtenir l’heure juste de Ford du Canada, qui se fait comme à l’habitude silencieux à ce sujet.

Disponibilité théorique

Or, les deux concessionnaires avec qui j’ai pu discuter me confirment qu’il est impossible d’obtenir une camionnette Maverick Hybrid avant l’an prochain, sans même pouvoir préciser s’il serait question de janvier ou de juillet 2023. En contrepartie, et voilà qui étonne, vous pourriez obtenir une camionnette Maverick à essence et quatre roues motrices en moins de deux mois si vous la commandiez aujourd’hui. Une nouvelle qui sème le doute sur l’intention de Ford de vendre des versions hybrides, moins chères. Il faut souligner que celles-ci utilisent pourtant une technologie empruntée à l’Escape Hybrid qui, lui, est disponible beaucoup plus facilement, bien que vendu plus cher. Bref, le manque de pièces n’explique pas la situation, il est plutôt question du peu d’intérêt qu’a le manufacturier à produire des modèles moins coûteux et, par conséquent , moins lucratifs.

On peut donc en conclure que le Ford Maverick Hybrid, encensé par la critique et nommé nouveau camion de l’année par Le Guide de l’auto, n’est pratiquement qu’illusion. Un véhicule que l’on préfère ne pas produire au détriment de modèles Lariat à essence, qui se vendent bien au-delà de 40 000 $ et qui consomment 35% plus d’essence, ce qui les rend nettement moins alléchants.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.