/investigations/politics
Navigation

L'homme le plus riche de Russie épargné par les sanctions du Canada

Alexeï Mordachov n’est pas inscrit sur la liste des 500 personnes visées par le Canada

RUSSIA-PUTIN-MORDASHOV-SEVERSTAL
Photo d'archives, AFP Alexeï Mordachov (à droite) aurait rencontré Vladimir Poutine le jour de l’invasion de l’Ukraine. On les voit ici sur une photo datant de 2006.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | L’homme le plus riche de Russie est épargné par les sanctions économiques imposées par le gouvernement fédéral aux proches du président Vladimir Poutine, même s’il possède des intérêts dans plusieurs entreprises canadiennes, dont l’avionneur Sunwing.

• À lire aussi: Poutine est de la trempe des pires dictateurs de l’histoire

• À lire aussi: Le Canada n’a encore saisi aucun bien d’oligarques

• À lire aussi: Les intérêts canadiens de l'oligarque russe Roman Abramovitch

Alexeï Mordachov est assis sur une fortune personnelle de 29 milliards $ US (37 G$ CAD), selon la liste 2021 du magazine Forbes. Il possède notamment un jet Bombardier et des yachts, dont le Lady M, saisi samedi sur la côte italienne, après que l’Union européenne (UE) eut gelé les actifs des alliés du Kremlin.

Le milliardaire possède un jet de Bombardier aux couleurs du drapeau russe.
Capture d’écran tirée du site JetPhotos, Luba Ostrovskaya
Le milliardaire possède un jet de Bombardier aux couleurs du drapeau russe.

« Je n’ai absolument rien à voir avec les tensions géopolitiques actuelles et je ne comprends pas pourquoi l’UE m’a imposé des sanctions », a réagi Mordachov par voie de communiqué, lundi.

Dans la tourmente, l’oligarque a transféré le contrôle de sa minière Nordgold au nom de son épouse et démissionné de la présidence du conseil d’administration. Il a aussi quitté le conseil du géant allemand du tourisme TUI Group, dont il détient 34 %, et a transféré ses parts dans un paradis fiscal.

Le yatch Lady M a été saisi par les autorités italiennes, samedi.
Photo AFP
Le yatch Lady M a été saisi par les autorités italiennes, samedi.

Au Canada, les actifs de Mordachov sont épargnés pour le moment puisqu’il ne figure pas dans la liste des quelque 500 entités russes sanctionnées par le gouvernement Trudeau depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.  

  • Écoutez Philippe-Vincent Foisy et Antoine Robitaille au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio : 

Géant minier

Magnat de l’acier, il s’est enrichi à la tête de la plus grande entreprise sidérurgique de Russie, Severstal.

À travers ses multiples sociétés d’investissement, le milliardaire étire ses tentacules autour du globe, y compris au Québec et au Canada.

L’ex-ambassadeur du Canada en Russie et en Ukraine, admirateur de Poutine, Christopher Westdal, était directeur jusqu’au 28 février d’une des minières de Mordachov, Silver Bear Resources.

Le Québécois Alain Bureau est, lui, président d’Atico Mining, qui appartient également à Mordachov, et a reçu un prêt de 2,5 M$ US (3,16 M$ CAD) d’Exportation et Développement Canada en 2020. 

Mordachov détient aussi une partie de Sunwing via TUI Group, qui est propriétaire de 49 % de la compagnie aérienne de Toronto. 

Le super yacht Nord appartenant à Alexeï Mordachov vaut plus de 500 M$ US (633 M$ canadiens). Il se trouve aux Seychelles, dans l’océan Indien, où il échappe aux sanctions européennes.
Tirée du site TheYachtPhoto.com
Le super yacht Nord appartenant à Alexeï Mordachov vaut plus de 500 M$ US (633 M$ canadiens). Il se trouve aux Seychelles, dans l’océan Indien, où il échappe aux sanctions européennes.

Le premier jour de l’invasion

Le cabinet de la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, garde la porte ouverte à la possibilité de sanctionner Mordachov. Mais son porte-parole Jason Kung indique que le ministère a « évalué les cibles potentielles qui auraient le plus d’impact sur le gouvernement russe ».

Le milliardaire est pourtant proche du pouvoir. Il a appuyé la campagne de Vladimir Poutine en 2014, d’après Washington, et l’a rencontré officiellement au moins neuf fois depuis 2015, dont le jour du lancement de l’assaut sur l’Ukraine, d’après notre compilation des communiqués du Kremlin.

L’ASCENSION D’UN TSAR   

  • Alexeï Mordachov est né en 1965 à Tcherepovet, à 375 kilomètres au nord de Moscou, de parents mineurs.     
  • En 1988, il entre à l’usine métallurgique Cherepovetskiy, dont il prend le contrôle après le démantèlement de l’Union soviétique.     
  • Il devient copropriétaire de la banque russe Rossiya Bank, en 2003.      
  • En 2004, sa compagnie Severstal devient le premier groupe sidérurgique russe à s’implanter aux États-Unis.     
  • Il rachète la dernière télévision indépendante russe, REN-TV, en 2005. Il détient plusieurs chaînes pro-russes.           

DES ACTIFS STRATÉGIQUES   

  • Par le biais d’une filiale de son entreprise Severstal, Alexeï Mordachov, est impliqué dans le projet Pistol Bay Gold au Nunavut. La mine d’or est située dans l’Arctique, sur la rive ouest de la baie d’Hudson.     
  • Grâce à ses parts dans TUI Group, le milliardaire a des intérêts dans plusieurs maillons de la chaîne d’approvisionnement mondiale.      
  • Au Canada, le groupe est propriétaire de Navigation CP Limitée, une entreprise montréalaise de transport de conteneurs. Il détient aussi des parts dans l’avionneur Sunwing.     
  • Ekona Power, une entreprise de Vancouver bénéficie de fonds de Mordachov pour mettre au point une technologie de production d’hydrogène.           

L’EMPIRE MINIER DE MORDACHOV AU CANADA  

  • Nord Gold     
  • Northquest Ltd.     
  • Orea Mining Corp.     
  • High River Gold Mines Ltd.     
  • High River Acquisition Corp.     
  • Silver Bear Resources Inc.     
  • Atico Mining Corporation     
  • Pelangio Exploration Inc.       

À VOIR AUSSI  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.