/news/coronavirus
Navigation

La ruée vers les cabanes à sucre

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs cabanes à sucre de la province ont eu le plaisir, samedi et dimanche, d’accueillir leurs premiers clients de la saison.

• À lire aussi: Centre-du-Québec: Une cabane à sucre doublement occupée cette année

• À lire aussi: Un temps des sucres minimaliste aux Îles-de-la-Madeleine

Toutefois, la saison des sucres risque d’être remplie de défis pour les propriétaires.

En effet, les amateurs de sirop d’érable et de mets traditionnels sont nombreux à vouloir réserver leur place, mais plusieurs érablières peinent à recruter de la main-d’œuvre.

Il ne faut pas oublier non plus les employés expérimentés qui doivent reprendre le rythme et s’adapter à de nouvelles façons de travailler.

C’est ce qu’a indiqué Anne Lachance, propriétaire de la cabane à sucre Le Relais des Pins, située à Sainte-Famille-de-l’Île-d’Orléans, dans la Capitale-Nationale.

«Ça se passe bien, on était très fébriles tout le monde, les anciens employés, deux ans de pause, ça paraît. On est très rouillés, si je peux me permettre de le dire, mais je pense que les gens sont contents et comprennent aussi qu’il faut se réhabituer avec toutes les nouvelles consignes sanitaires qu’on a et qui changent très rapidement, c’est assez difficile de s’ajuster, mais on va faire un beau printemps, je pense», a-t-elle exprimé.

Pour les personnes qui ne réussissent pas à réserver leur place ou qui préféreraient déguster des mets typiques d'érablière dans le confort de leur foyer, n’oubliez pas que plusieurs établissements offrent des boîtes-repas.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.