/news/politics
Navigation

Glyphosate en vente à Montréal: des amendes à venir

Glyphosate en vente à Montréal: des amendes à venir
PHOTO AGENCE QMI, MAXIME DELAND

Coup d'oeil sur cet article

Pour la mairesse de Montréal, Valérie Plante, il est «inacceptable» que des commerces continuent de vendre du glyphosate, malgré son interdiction dans la métropole. Elle prévient qu’elle ne laissera pas la situation perdurer.

• À lire aussi: REM de l’Est: Plante somme la CDPQ de se prononcer «clairement»

• À lire aussi: Le REM de l'Est mis sur pause

«On va passer à l’autre étape, qui est de dire que c’est un règlement, c’est en vigueur, et vous devez vous conformer, sinon, il y aura des amendes», a prévenu Mme Plante lundi, au cours d’une mêlée de presse.

Elle réagissait à un reportage de Radio-Canada, qui notait que des quincailleries dans la métropole ont toujours des pesticides à base de glyphosate, malgré que la Ville les ait interdits en janvier dernier. Selon les informations rapportées, aucune inspection n’aurait encore été réalisée à ce sujet.

«On a fait le travail de sensibiliser, parce que l’on comprend que c’est un changement. Mais à ce moment-ci, de voir que ça se retrouve toujours sur les étagères des détaillants, pour moi, c’est inacceptable. C’est un produit qui est toxique, qui n’a pas sa place sur les tablettes», a souligné Mme Plante.

Du côté de l’opposition, on s’interroge sur le fait que la Ville n’ait fait aucune inspection, trois mois après l’entrée en vigueur du règlement.

«Lors de l’annonce du bannissement de pesticides, des experts avaient pourtant sonné l’alarme sur la grande difficulté d’appliquer la réglementation en précisant que la Ville de Montréal allait devoir débourser de l’argent et déployer des enquêteurs afin qu’elle soit respectée», a rappelé Alain DeSousa, maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, qui accuse l’administration de Projet Montréal d’user de pratique de «greewashing».

La mairesse était de passage dans l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, pour annoncer l’octroi d’une somme de près de 3,5 millions $ à la Soverdi, pour accélérer le verdissement de la métropole.

Pour 2022, Soverdi prévoit planter 17 000 arbres, soit 3000 de plus que ce qu’elle avait effectué l’année dernière. L’entente prévoit leur plantation sur le domaine privé, et s’ajoute à celles que la Ville effectue sur le domaine public.

«Il y a des quartiers où on peut souvent voir un lien entre le nombre d’arbres et les conditions socio-économiques. Notre but est de retourner la situation pour que les quartiers avec moins d’arbres en aient davantage», a expliqué Mme Plante.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.