/news/society
Navigation

Plus de la moitié des travailleurs de PME souffrent de troubles de santé mentale

psychologist consulting indian man, writing notes during psychological therapy session
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Plus de la moitié (55%) des travailleurs des petites et moyennes entreprises (PME) souffriraient de problèmes de santé mentale, a révélé une étude publiée lundi.

• À lire aussi: L’obsession du corps parfait menace la santé mentale

Malgré ce taux élevé, peu de PME prennent les mesures adéquates afin d’assurer la santé mentale de leurs employés, estiment 52% des personnes sondées par l’équipe de recherche de l’Université Laval.

«Les PME sont un pilier important de l’emploi au Canada, mais la santé mentale et les défis particuliers auxquels font face leurs travailleuses et travailleurs sont très peu documentés scientifiquement. Notre étude pancanadienne cherche à combler cette lacune», a indiqué Simon Coulombe, professeur agrégé au Département des relations industrielles de l’Université Laval et codirecteur de l’étude.

La recherche a révélé que l’anxiété et la dépression sont des maladies mentales qui touchent un grand nombre de travailleurs. En effet, près du tiers des 2500 personnes interrogées ont affirmé souffrir d’un ou l’autre de ces troubles, à un point tel qu’il dépasse le seuil clinique, tandis que 22% vivent de l’épuisement professionnel.

Pire depuis le début de la pandémie

Les spécialistes le disent depuis le début, la pandémie et le confinement auront eu des conséquences sur la santé mentale de bien des personnes.

Un fait qui est confirmé par Simon Coulombe et son équipe. En effet, près de 50% des répondants ont affirmé que la pandémie avait eu des effets néfastes sur leur santé mentale. De plus, on remarque un degré de détresse plus faible chez les personnes qui travaillent en présentiel.

«À la lumière de ces résultats, nous formulons une série de recommandations, notamment que les PME s’engagent plus clairement à favoriser la santé mentale de leurs travailleuses et travailleurs, qu’elles augmentent leurs gestes de reconnaissance, renforcent les formations en santé mentale auprès des gestionnaires et fassent connaître différentes stratégies d’autogestion de la santé mentale», a conclu Simon Coulombe.

Programme d’aide

Après la sortie de ces résultats, «Relief – Le chemin de la santé mentale», en collaboration avec le Conseil du patronat du Québec (CPQ), a annoncé qu’elle offrira un programme d’aide aux PME afin qu’elles puissent soutenir leurs employés aux prises avec des troubles de santé mentale.

«Les plus récentes données témoignent de l’ampleur des enjeux et de la nécessité d’aider les PME à prévenir les difficultés et à assumer leurs responsabilités pour soutenir leurs employés. Le soutien à l’autogestion de la santé mentale constitue une piste prometteuse pour répondre aux besoins des personnes et des entreprises, surtout dans le contexte d’un accès difficile à des ressources spécialisées», a déclaré Jean-Rémy Prévost, directeur général de «Relief – Le chemin de la santé mentale».

Ainsi, les propriétaires de PME pourront bénéficier d’un rabais de 15% sur l’abonnement au programme Relief Affaires qui a pour but d’aider les entreprises à offrir des services en santé mentale à leurs employés.

«Un employeur qui valorise le bien-être de son personnel en ressort gagnant sur toute la ligne. Investir dans la santé mentale permet de prévenir les cas d’épuisement professionnel. Il faut que les travailleurs puissent avoir accès à des ressources quand ils en éprouvent le besoin, d’autant plus que la pénurie de main-d’œuvre exerce une pression supplémentaire», a expliqué le président et chef de la direction du CPQ, Karl Blackburn.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.