/opinion/columnists
Navigation

La CAQ et le français: en dehors de la réalité

Coup d'oeil sur cet article

La ministre Sonia LeBel annonce que son gouvernement débloquera des millions pour soutenir et promouvoir la vitalité du français dans le ROC.

L’honorable Marlene Jennings, ex-députée libérale, craint l’éradication de l’anglais au Québec et veut que sa communauté se mobilise contre le renforcement de la loi 101.

Cependant, les chiffres révèlent que l’usage du français est en recul dans les milieux de travail et que la transition vers l’anglais progresse de façon alarmante dans la région de Montréal.

Faux-fuyants

Malgré les faits, le gouvernement caquiste refuse d’étendre l’application de la loi 101 aux cégeps. C’est pourtant, selon plusieurs experts, une mesure fondamentale pour assurer la pérennité du français au Québec.

Reflet d’une campagne électorale déjà lancée, l’équipe Legault se donne des airs de sauveurs de la langue française en Amérique du Nord. C’est surtout son inertie que le premier ministre veut voiler.

Quant à la communauté anglophone, avec madame Jennings en tête, elle joue aux martyrs en amont des contestations prévisibles du projet de loi 96, si inoffensif soit-il.

Le gouvernement fédéral ajoute à l’embrouille avec un projet de loi qui nourrira les illusions d’un bilinguisme canadien et qui encouragera la communauté anglophone québécoise à s’élargir.

Les excuses en français de Michael Rousseau, PDG d’Air Canada, s’ajoutent au sauvetage des apparences !

Le temps presse

Le Québec français s’étiole et nos politiciens font encore dans la valse hésitation.

Un organisme québécois bien connu tient son congrès avec près de la moitié des contenus en anglais et pas nécessairement avec une traduction simultanée.

J’ai déjà assisté à un colloque du gouvernement du Québec, au temps des libéraux, où le premier orateur à entrer en scène était un unilingue anglophone du Nouveau-Brunswick. La sous-ministre souhaitait que je ne fasse pas de vagues.

Pourtant, il faudrait en faire des vagues si nous voulons que nous et nos descendants continuions de vivre en français.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.