/news/coronavirus
Navigation

Port du masque: un certain relâchement au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Avant que l’obligation du port du masque dans les lieux publics soit levée le 15 avril, à l’exception du transport en commun, on constate déjà un certain relâchement dans la population.

• À lire aussi: La fin du port du masque obligatoire attendra le 15 avril

• À lire aussi: COVID-19: Legault continuera de porter le masque

Néanmoins, certains ont l’intention de continuer de le porter pour un certain temps encore.

«Je vais le garder. Je trouve que c'est pertinent parce qu'il y a une remontée des cas», témoigne une dame rencontrée par TVA Nouvelles au centre-ville de Montréal, mercredi.

«Ce n'est pas parce qu'il n'y a plus de restrictions que la COVID n'existe plus», pense un jeune homme.

«C'est trop dangereux encore. Même, tout à l'heure, quand j'ai pris le métro, il y en a un qui toussait en masse», témoigne une autre dame.

En marchant dans le métro, on se rend bien compte que la majorité porte le masque adéquatement. Mais certains ont de la difficulté à respecter les mesures sanitaires.

Tandis que certaines personnes le portent incorrectement, d’autres n'en portent tout simplement pas. La situation dérange des utilisateurs du métro.

«Ça me gêne. Porter le masque, c'est pour éviter la COVID», indique un homme qui se trouvait devant un autre utilisateur qui ne portait pas adéquatement son couvre-visage.

Dans le Montréal souterrain, même constat.

«Je m'en fous de ça», clame un jeune adulte.

«D'un point de vue des jeunes, on n'a pas besoin de ça. On veut juste reprendre notre vie normale. C'est tout ce qu'on désire en ce moment», ajoute un autre.

Mais Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, réitère que le port du masque est efficace.

«On est écoeuré des mesures sanitaires, mais malheureusement, la pandémie n'est pas finie», soutient-elle.

L'augmentation des cas dans la province l'inquiète.

«Pourquoi l'enlever à ce stade-ci, quand on est peut-être sur une hausse des cas due au relâchement des mesures sanitaires? La science, en fait, nous recommanderait de le garder», lance-t-elle.

Le port du masque est maintenant bien ancré dans nos habitudes depuis les deux dernières années. Reste à voir si les Québécois voudront jouer de prudence à partir du 15 avril...

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.