/news/politics
Navigation

Saga du tramway: front commun des maires du Québec pour appuyer Bruno Marchand

Coup d'oeil sur cet article

Les maires des grandes villes du Québec, dont Valérie Plante, défendent leur autonomie et donnent leur appui à Bruno Marchand, qui est engagé dans un bras de fer avec le gouvernement de la CAQ dans une autre manche de la saga du tramway.

• À lire aussi: Tramway de Québec: Legault doit s’excuser au maire Marchand, selon l’opposition

• À lire aussi: Charge frontale de la CAQ contre le maire Marchand et le projet de tramway

«J'appuie Bruno Marchand dans sa volonté de faire un projet de tramway qui répond aux besoins de transport et de lutte aux changements climatiques. Les villes ont l'expertise et la connaissance de leur territoire pour faire des projets de transport intégrés et exemplaires!» a exprimé la mairesse de Montréal, sur Twitter. 

  

  • Écoutez l’entrevue de Mario Dumont avec Éric Duhaime sur QUB radio :   

Un appui apprécié par le principal intéressé, qui a répondu que «les Villes connaissent leur territoire, ont l’expertise pour le développer et l’aménager pour le futur. Merci de cet appui!»

Plus tôt dans la journée, dans un front commun pour la défense des champs de compétence et des pouvoirs des villes, l'Union des municipalités du Québec a lancé un appel au gouvernement. «En appui au maire Bruno Marchand et pour l'ensemble des municipalités du Québec, l'UMQ rappelle l'importance pour le gouvernement du Québec de respecter les compétences municipales en aménagement du territoire», a tweeté jeudi matin l'UMQ. Les villes de l'UMQ représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec.

Le gazouillis a été relayé par le maire Marchand, qui a rappelé au passage que «l'autonomie de nos gouvernements de proximité est très importante pour le développement de nos municipalités».

Affrontement

Le maire de la capitale et le gouvernement s'affrontent pour la première fois sur la place publique, à la suite d'une charge menée par les ministres régionaux Geneviève Guilbault et Éric Caire et par le ministre des Transports, François Bonnardel. Ceux-ci exigent que la Ville de Québec retire la rue partagée qu'elle veut implanter sur René-Lévesque. 

Ils font de cette exigence une condition à l'obtention d'un décret qui permettra à la municipalité d'aller en appel d'offres pour sélectionner des consortiums afin de bâtir le projet. La CAQ plaide que les citoyens des villes périphérique pâtiront d'une hausse de circulation sur les artères parallèles. 

Le maire réplique que c'est «complètement faux», qu'il n'acceptera aucune condition et qu'il ne renoncera pas à la rue partagée. Il accuse le gouvernement de s'immiscer dans les champs de compétence de la Ville. 

Lehouillier appuie l’UMQ mais...

Interrogé sur la sortie de l’UMQ, le maire de Lévis a affirmé dans un premier temps qu’il avait la «même» position, insistant sur le fait que «l’autonomie municipale doit primer.» Il a cependant nuancé son propos lorsqu’il a été invité à commenter le concept de rue partagée sur René-Lévesque, en faisant écho aux inquiétudes des citoyens de la Rive-Sud. 

«Nous, on n’est ni pour ni contre. Ce sont des discussions qui doivent avoir lieu entre la Ville de Québec et le gouvernement. Ce que nos concitoyens nous font valoir, c’est qu’il va falloir regarder la problématique globale de la fluidité de la circulation», a observé Gilles Lehouillier jeudi.   

«On est ici dans une situation particulière. Est-ce que, par exemple, le reflux de circulation peut affecter les ponts, peut affecter la circulation sur des routes gouvernementales? (...) Moi, je peux aménager une rue dans ma ville mais si ça a un impact sur l’autoroute 20, le ministère va me dire non», a-t-il illustré.  

M. Lehouillier a dit souhaiter que le climat entre la Ville de Québec et le gouvernement redevienne «un peu plus serein» afin de «régler ce litige». Il a par ailleurs annoncé qu’il rencontrera le maire Bruno Marchand, dans les prochaines semaines, pour discuter de mobilité et «de tous ces aspects-là». Selon lui, la construction du tunnel Québec-Lévis solutionnerait en grande partie les enjeux de mobilité dans la région.  

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.