/finance/business
Navigation

Hydro-Québec: le PQ réclame d’urgence une commission parlementaire

Sylvain Gaudreault
Photo d'archives, AGENCE QMI Sylvain Gaudreault

Coup d'oeil sur cet article

Si Hydro-Québec espère que son nouveau plan stratégique 2022-2027 obtienne l’aval du gouvernement comme à l’habitude, ce dernier ne saurait s’imaginer pouvoir faire l’économie d’une véritable discussion sur la question en commission parlementaire. 

• À lire aussi: Hydro-Québec: «L’objectif n’est pas d’aller chercher plus d’argent dans les poches du monde»

• À lire aussi: Hydro trop tendre à l’endroit de l’industrie des centres de données

«Il nous faut de la transparence. Les changements d’orientation qu’apporte ce plan sont beaucoup trop importants pour l’avenir du Québec et de la société d’État pour que tout cela passe sans qu’on ait le temps d’en examiner les tenants et aboutissants», a insisté Sylvain Gaudreault, critique péquiste en matière d’Énergie, au cours d’une entrevue avec Le Journal.

Sur le coin d’une table

Ce dernier affirme que, pour que les choses soient bien faites, le plan devrait être présenté en commission parlementaire d’ici quelques semaines, idéalement avant l’étude des crédits de la fin avril. Quitte à ce que, pour ce faire, le gouvernement interrompe les travaux de la commission sur le projet de loi 21 visant à mettre fin à la recherche et à la production d'hydrocarbures.

«Surtout, poursuit-il, qu’Hydro-Québec se présente de plus en plus comme le fer de lance de la transition énergétique au Québec et qu’à mot couvert, on sent sa présidente [Sophie Brochu] nous dire que cette transition ne se fera pas sans coût.» 

«C’est majeur. Je ne veux pas qu’on règle ça en deux heures en juin, sur le coin d’une table. Il faut comprendre, connaître ce qui se trame. Ce n’est pas vrai que tout cela peut se faire en catimini.»

Derrière des portes closes

En janvier dernier, le député de Jonquière avait déjà sonné l’alarme, au moyen d'une lettre dans les journaux où il mettait en garde le ministre de l’Énergie et des ressources naturelles, Jonatan Julien, contre toute tentative de mener les projets futurs d’Hydro-Québec derrière des portes closes.

Sa sortie suivait des révélations du Journal selon lesquelles, s’estimant incapable de répondre aux besoins de nouveaux projets industriels, la société d’État avait entrepris de mettre en garde des promoteurs contre le risque de tenir son électricité pour acquise.

Le député s'était alors interrogé sur la nature des critères qui seraient utilisés pour l’acceptation ou le rejet de projets énergivores et avait de plus prévenu le ministre que, s’il persistait dans cette voie, il devrait abroger la Loi sur la Régie de l’énergie, qui ne permet pas, actuellement, un tel arbitrage. 

Parmi les critères qui devraient faire partie de la grille d’analyse des projets par Hydro-Québec, le député Gaudreault relève deux «incontournables»: leur contribution à l’atteinte «de nos cibles de réduction des GES» et leur contribution aux efforts de «diversification de l’économie de nos régions». 

Le ministre Julien n’a toujours pas réagi aux inquiétudes et demandes soulevées sur le sujet par son vis-à-vis péquiste.

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.