/news/politics
Navigation

Le BAPE dépose son rapport sur le pont de l'Île-d'Orléans

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement donne le feu vert au projet de nouveau pont à haubans

Le BAPE dépose son rapport sur le pont de l'Île-d'Orléans
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

La décision était déjà prise, mais le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) le confirme : le vieux pont de l’Île-d’Orléans, qui serait « vulnérable » en cas de séisme majeur, devra être démoli lorsque la construction du nouveau pont sera complétée.

• À lire aussi: Le nouveau pont de l’île d’Orléans en 2027

Dans un rapport d’une cinquantaine de pages publié vendredi, le BAPE souligne que le pont actuel, dont la construction remonte à 1935, « ne satisfait pas aux exigences de sécurité en cas de séisme majeur ». 

La commission, qui a mené des consultations publiques en décembre dernier, souligne notamment que le pont est situé à 80 kilomètres de la zone sismique de Charlevoix-Kamouraska, « la plus active de l’est du Canada ». 

« Le pont ne peut être conservé étant donné qu’une réfection n’en assurerait pas la sécurité si un tel séisme se produisait », conclut le BAPE. 

On note également que sa réfection « serait coûteuse et qu’aucun organisme ne s’est manifesté pour le prendre en charge ».

Le nouveau sera plus sécuritaire

Cette analyse rejoint celle du ministère des Transports, qui a annoncé en novembre 2019 que le vieux pont sera démoli après la mise en service du nouveau pont à haubans, prévue en 2027. 

La possibilité d’en faire un lien cycliste et piétonnier avait alors été écartée. Des travaux préparatoires en vue de la construction du nouveau lien débuteront au cours des prochains mois.

« Plus sécuritaire », le nouveau pont comprendra une voie de circulation avec accotement dans chaque direction ainsi qu’une piste polyvalente de part et d’autre. 

Le BAPE, qui ne voit aucun « enjeu majeur » avec le nouveau pont projeté, estime tout de même que « des bonifications au projet » seraient à propos pour « limiter les inconvénients des travaux » et « réduire l’empreinte environnementale du [futur] pont sur les milieux humides ».

La commission d’enquête suggère entre autres « de solliciter la participation d’organismes régionaux qui œuvrent dans le domaine de l’environnement, notamment pour la protection du fleuve Saint-Laurent ». 

À VOIR AUSSI...   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.