/news/currentevents
Navigation

Le fisc réclame 31 000$ à la femme du pasteur Mukendi

Revenu Québec a inscrit une hypothèque légale sur sa résidence de Cap-Rouge

Carmen M
Capture d'écran YouTube Carmen Mukendi, clamant l’innocence de son mari deux jours après sa fuite.

Coup d'oeil sur cet article

Les déboires financiers de l’épouse du pasteur en fuite Paul Mukendi se poursuivent alors que l’Agence du Revenu Québec réclame plus de 31 000$ en impôts non payés.

• À lire aussi: En fuite au Congo, Mukendi pourrait continuer d'échapper à la justice

• À lire aussi: [VIDÉO] Condamné à huit ans d’emprisonnement: «Je ne reviendrai pas au Canada», jure Paul Mukendi

• À lire aussi: Fuite de Paul Mukendi: l’extradition, une question politique

Revenu Québec a inscrit une hypothèque légale de 31 353,22$ sur la maison de Carmen Mukendi située au 1065 de la rue Thomas-Fromont dans le secteur Cap-Rouge.

L’Agence mentionne que Mme Mukendi doit ce montant à l’État en vertu de la loi sur l’impôt des particuliers pour l’année 2020.

Mme Mukendi a fait l’acquisition de cette maison pour la somme de 625 000$ en 2020.

Pas une première

Le créancier principal, Immeubles des Grands Bourgs, a inscrit l’automne dernier un préavis d’exercice pour prise en paiement pour une dette de 468 750$ sur la résidence.

En 2019, le couple avait été expulsé de sa maison de Beauport en raison de ses problèmes similaires.

Le mari de Mme Mukendi, Paul, ancien pasteur du Centre évangélique Parole de Vie à Québec, avait déclaré faillite en 2018 en raison de dettes de 559 274$. De 2012 à 2016 il avait déclaré un revenu moyen de 12 1717$.

Paul Mukendi
Capture d'écran
Paul Mukendi

Agresseur sexuel

Paul Mukendi est davantage connu pour ses condamnations en matière de crime sexuel et pour avoir fui la justice québécoise en se réfugiant en République démocratique du Congo en août.

Il avait d’abord été condamné en 2020 à huit ans de prison pour agression sexuelle sur une mineure. En son absence, il avait reçu une peine supplémentaire de deux ans pour une autre agression en décembre dernier.

Carmen Mukendi avait été arrêtée par le SPVQ une première fois le 8 septembre dernier. Il lui était reproché d’avoir fait des commentaires sur Facebook sur une présumée victime de son mari malgré une ordonnance de non-publication.

Mme Mukendi avait été relâchée sous promesse de comparaître, mais arrêtée à nouveau le mois suivant.

Le SPVQ avait été informé qu’elle était en possession de billets d’avion pour se rendre à Paris le 14 octobre en compagnie de son enfant de 14 mois et craignait qu’elle tente de se soustraire à la justice.

Le 6 décembre, Carmen Mukendi a comparu avec trois autres fidèles du Centre évangélique Parole de Vie; Cedric Malayi, Stéphanie Milliard et Pierrick Tardif.

Ils ont tous été accusés d’avoir harcelé une présumée victime du pasteur Mukendi, transgressant ainsi une ordonnance de la cour.

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault sur QUB radio: 

La saga Mukendi  

3 octobre 2017

Paul Mukendi est arrêté par le SPVQ et doit faire face à de multiples accusations à caractère sexuel.

17 mai 2018

Perquisition au Centre évangélique Parole de Vie par Revenu Québec qui dépose une hypothèque légale de 212 772$ pour impôts impayés.

21 mai

Paul Mukendi retire son nom au registraire des entreprises. Sa femme Carmen devient présidente du Centre évangélique.

22 mai

Paul Mukendi déclare faillite. Ses dettes s’élèvent à 559 274$.

30 juin

Paul Mukendi est reconnu coupable de neuf chefs d’accusation, dont agression sexuelle, voies de fait avec lésions et menaces de mort. La victime avait 14 ans au début de la période des infractions échelonnées sur 12 ans.

2 Juillet

Paul Mukendi perd ses droits sur sa maison de Beauport.

17 décembre

Revenu Québec dépose 8 chefs d’accusation de fraude fiscale contre Paul Mukendi et le Centre évangélique.

27 février 2020

Paul Mukendi est condamné à une peine d’emprisonnement de huit ans pour l’agression sexuelle.  

3 mars

La Cour d’appel remet en liberté Paul Mukendi d’ici à ce que l’appel soit entendu.

29 juillet

La Cour supérieure indique que Paul Mukendi devra subir un autre procès pour des accusations d’agressions sexuelles sur deux autres personnes.

9 octobre

Carmen Mukendi achète une maison pour 625 000$ à Cap-Rouge.

11 juin 2021

La Cour supérieure rend sa décision sur la faillite de Paul Mukendi. Ses dettes en créances non garanties s’élèvent à 432 597,63$, dont 391 897,97$ en dettes fiscales.

16 août

La Cour d’appel maintient le verdict de culpabilité de Paul Mukendi. Il a jusqu’à 15h le 20 août pour se rendre aux autorités carcérales et débuter sa peine.

20 août

Paul Mukendi a fui. Il sera retrouvé plus tard en République démocratique du Congo d’où il ne peut être extradé.

8 septembre

Carmen Mukendi est arrêtée puis libérée sous promesse de comparaître pour avoir tenu des propos sur Facebook concernant une présumée victime de son mari.

13 octobre

Carmen Mukendi est à nouveau arrêtée. Elle est en possession d’un billet d’avion pour se rendre le lendemain à Paris. Le SPVQ craint qu’elle ne fuie à son tour la justice.

4 novembre

Le créancier dépose un préavis d’exercice pour prise en paiement pour une dette de 468 750$ sur la résidence de Carmen Mukendi.

6 décembre

Carmen Mukendi et trois fidèles du Centre Parole de Vie sont accusés d’avoir harcelé une présumée victime de Paul Mukendi.

10 décembre

Paul Mukendi est condamné, en son absence, à 2 ans supplémentaires de prison pour une autre agression sexuelle.

21 mars 2022

Revenu Québec prend une hypothèque légale sur la maison de Carmen Mukendi. Elle doit 31 353,22$ d’impôt pour 2020.

—Avec la collaboration de Jean-François Racine.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.