/entertainment/movies
Navigation

Chris Rock sortira gagnant de l’incident des Oscars

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Chris Rock sort grand gagnant de l'incident de la gifle de Will Smith lors de la cérémonie des Oscars. C’est du moins ce que croit Luc Dupont, spécialiste des médias et professeur au département de communication de l’Université d’Ottawa.  

• À lire aussi: Jada Pinkett-Smith brise le silence

• À lire aussi: La mère de Will Smith réagit au geste de son fils

• À lire aussi: [VIDÉOS] Affaire Will Smith: les animateurs de fin de soirée s’en donnent à cœur joie

Si l’humoriste Chris Rock a reçu toute une gifle sur scène de la part de Will Smith pour une blague au sujet des cheveux rasés de la femme de l’acteur (celle-ci souffre d’alopécie), il semblerait qu’il ait aussi reçu un bon coup de pouce sur le plan professionnel.

«Selon moi, le grand gagnant est Chris Rock, explique Luc Dupont. Sa réaction a été solide dans le contexte où il y avait des millions de téléspectateurs qui regardaient à travers le monde. Il n’a pas mal réagi et il a poursuivi son travail, je l’ai trouvé remarquable. Cela prenait beaucoup de courage, car il pilotait seul son bateau. Déjà, les effets se font sentir: les gens portent à sa tournée [Ego Death World Tour] un intérêt supplémentaire.»

L'humoriste lance une tournée de spectacles à travers les États-Unis. Il se rendra dans plus de 30 villes pour la partie nord-américaine de sa tournée, produite par Live Nation, qui commence mercredi soir à Boston, où il donnera 5 spectacles. Le marché secondaire de billetterie TickPick rapporte que le prix des billets a explosé depuis dimanche soir, passant d’un minimum de 46$ par billet le 18 mars à un minimum de 341$... jusqu'à un sommet de 900$. Ce sera la première fois depuis 2017 que l’humoriste présentera de nouveaux numéros sur la scène. Déjà 38 dates sont prévues en 2022 avec des passages de l’humoriste à Las Vegas, Denver, Oakland, Seattle, New York, Chicago et Toronto. À la fin de l'été, il poursuivra sa tournée en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Deux perdants plutôt qu’un

Sont ressortis, de cette soirée désastreuse, deux grands perdants, croit Luc Dupont. Will Smith tout d’abord, qui a gâché ce qui devait être l’une des plus belles soirées de sa vie et qui verra certainement son nom et sa carrière ternis pendant un bon moment par cet événement. «Intuitivement, je dirais qu’on est à 80% de gens qui sont pour Chris Rock et 20% de gens qui se rangent du côté de Will Smith», affirme-t-il.

Puis, la soirée des Oscars en elle-même, qui à la base, avait pour mission de faire la promotion des films et du cinéma.

«Cela ne pouvait pas arriver au pire moment, alors que nous ne sommes pas allés au cinéma depuis presque deux ans et que cela coïncide avec la nouvelle réalité des chaînes de diffusion en continu. Même CODA, le film gagnant, est un film d’Apple TV+. C’est une soirée où, au fond, il s’est passé quelque chose d’important: toute la machine à faire des vedettes, Hollywood, a perdu le contrôle au profil de la Silicon Valley. Cela veut aussi dire que tous les studios qu’on appelait traditionnels, les MGM et les autres, sont possédés par des groupes dont la spécialité est plutôt le streaming que les salles de cinéma. Tout cela est passé à côté à cause de cet incident.»

Cet événement ayant généré 32,8 millions d’engagements sur Twitter – ce qui serait le plus haut taux d’engagement depuis les débuts du réseau social – force aussi la réflexion sur le rôle de l’humour.

Cet événement en apparence anecdotique suscite aussi, selon lui, une importante réflexion: sommes-nous encore capables d’entendre des choses qui nous dérangent?

«Imaginez l’an prochain, ajoute-t-il. Qui va vouloir animer la cérémonie, parler, faire des blagues? Il y a une réflexion à faire de la part des humoristes, mais aussi de la part de tous. Est-ce qu’on est encore capable d’accepter que parfois quelqu’un nous dise quelque chose qui ne fait pas notre affaire? Sinon, c’est la fin de la culture pop, la fin de l’humour, la fin du journalisme, des médias... C’est une réflexion que les humoristes, mais aussi tous les gens doivent avoir.»

Selon lui, cet événement est loin d’être aussi anodin qu’on serait porté à le croire. D’une part parce que la soirée des Oscars telle qu’on la connaissait – c’est-à-dire un événement glamour faisant la promotion des films, des vedettes, des vêtements griffés et des bijoux – n’existera plus. D’autre part, parce que ce court, mais violent incident en dit beaucoup sur la culture du moment et la culture populaire.

«Il faut avoir ces réflexions: est-on encore capable d’entendre des choses qui nous dérangent et lorsque je vais entendre quelque chose que je n’aime pas, vais-je pouvoir me lever et me battre?» poursuit l’auteur, conférencier et formateur. «Comment sera-t-on capable de vivre de cette façon? Car être humain, c’est de ne pas toujours entendre des choses qui nous font plaisir.»

Rappelons que Will Smith a publié lundi un message sur Instagram dans lequel il présentait des excuses publiques à Chris Roch, aux organisateurs de la soirée et aux invités des Oscars. L’Académie a aussi annoncé la tenue d’une enquête interne sur l’incident, qu’elle a officiellement condamné. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.