/news/transports
Navigation

Beloeil veut rendre le transport en commun gratuit

Beloeil veut rendre le transport en commun gratuit
PHOTO COURTOISIE / exo

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les prix élevés de l'essence créent une pression certaine sur les propriétaires de véhicules automobiles, la mairesse de Beloeil veut offrir le transport collectif local gratuit à ses citoyens afin de les encourager à moins utiliser leur voiture. 

• À lire aussi: Infrastructures à Québec: le PLQ déplore le bilan «très mince» de la CAQ

• À lire aussi: Qui paie vraiment le prix des sanctions économiques?

«Il y a une opportunité à saisir en ce moment pour promouvoir le transport en commun et le rendre plus accessible. Nous devons créer une nouvelle habitude chez nos citoyens pour qu’ils délaissent la deuxième voiture par famille», affirme la mairesse Nadine Viau.

Des municipalités en Montérégie comme Sainte-Julie, Chambly, Carignan et Candiac offrent déjà ce service sans frais sur leur territoire. En plus de Beloeil, d’autres villes pourraient emboîter le pas prochainement, estime l’organisme exo, dont les autobus desservent environ 80 municipalités de la grande région de Montréal.

«Nous sentons qu’il y a un intérêt accru des municipalités pour développer et promouvoir le transport collectif. La gratuité est l’une des avenues qui sont étudiées par celles-ci», souligne le porte-parole d’exo, Jean-Maxime St-Hilaire.

L’intérêt de la mairesse de Beloeil pour le transport collectif est au cœur de son engagement politique. En campagne électorale, elle a promis d’offrir ce service gratuit à ses électeurs. Élue le 7 novembre dernier, elle veut maintenant remplir sa promesse dès cette année.

«Il y a environ 3500 unités qui seront construites dans les prochaines années à Beloeil. Si on ne fait rien pour améliorer la qualité du transport en commun, c’est un minimum de 7000 autos de plus qui vont circuler dans nos rues. Cela aura un impact majeur sur la circulation et sur la qualité de vie des Beloeillois», prévient Nadine Viau.

La mairesse de Beloeil, Nadine Viau.
PHOTO COURTOISIE / Ville de Beloeil
La mairesse de Beloeil, Nadine Viau.

Entièrement financé par Beloeil

Avant d’aller de l’avant avec son projet, la mairesse Viau doit d’abord rencontrer l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) qui a la compétence exclusive sur la tarification des services du transport collectif.

Selon cette organisation, l’initiative de Beloeil doit notamment être simple à mettre en œuvre et être entièrement financée par la municipalité. À ce sujet, Mme Viau n’a pas souhaité nous parler du montant qui serait réservé annuellement pour ce service gratuit, affirmant qu’elle n’avait pas encore rencontré l’ARTM.

Pouvoir de rétention

Outre la gratuité pour tous sur le territoire de sa municipalité, la mairesse de Beloeil voudrait aussi que les étudiants de la Rive-Sud de Montréal puissent prendre l’autobus sans frais pour se déplacer.

«Au lieu d’aller louer un appartement inabordable à Montréal pour se rapprocher du cégep, ce service gratuit pourrait les convaincre de rester à Beloeil. Pour les étudiants, la facilité d’avoir le transport en commun gratuit peut faire toute la différence entre rester à Beloeil ou pas», croit-elle.

Notons que l’ARTM a amorcé une refonte tarifaire en juillet dernier sur son territoire qui comprend les couronnes sud et nord de Montréal. Depuis ce temps, les enfants de 11 ans et moins peuvent voyager gratuitement dans les autobus lorsqu’ils sont accompagnés d’un adulte alors que les titres mensuels sont réduits de 40 % pour les 12 à 17 ans, les 65 ans et plus et les étudiants de 18 ans ou plus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.