/news/coronavirus
Navigation

6e vague de COVID-19: le variant BA.2 «frappe fort» en région, mais Québec garde le cap

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau variant de la COVID-19, BA.2, «frappe fort» dans les régions du Québec, s’inquiète le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui ne compte toutefois pas changer de stratégie et annoncer de nouvelles mesures.

• À lire aussi: Le Québec officiellement dans la 6e vague

• À lire aussi: Le ministre Mathieu Lacombe atteint de la COVID-19

Le ministre l’admet, il est préoccupé par l’augmentation des cas de COVID-19 et des hospitalisations. Mais cette sixième vague «était prévue», a affirmé M. Dubé, assurant «qu’il n’y a aucune raison, pour le moment, de changer notre stratégie, car les gens doivent apprendre à vivre avec le virus».  

Néanmoins, la capacité hospitalière demeure «sa plus grande préoccupation». 

Surtout, indique le ministre, que le variant BA.2 frappe fort en région. 

En raison de sa propagation rapide, le BA.2 compte maintenant pour 50% des cas de COVID-19. 

Le ministre rappelle que «les régions ont été moins frappées par Omicron» que Montréal.      

  • Écoutez la chronique de Marc-André Leclerc et Elsie Lefebvre sur QUB radio :

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

La possibilité d’ajouter des mesures ciblées en région a d’ailleurs été abordée lors d'échanges entre le cabinet Dubé et la Santé publique, mais, pour l’instant, il ne s’agit pas de la stratégie envisagée par les experts. Le ministre demande aux gens de continuer de se protéger avec le masque et de respecter les mesures qui sont déjà en place en cas d’infection. Il demande aussi aux personnes âgées et à risque de redoubler de prudence.   

  • Écoutez l’entrevue de Benoit Dutrizac avec Benoît Barbeau sur QUB radio :  

10 000 en moins

Le ministre a souligné qu’il y a déjà 10 000 absences dans le réseau de la santé en raison d'infections à la COVID.  

Les règles sanitaires permettent cependant aux employés de revenir plus vite au travail après avoir été infectés.  

Le PLQ et le PQ veulent un accès élargi aux tests PCR  

Libéraux et péquistes appellent le gouvernement Legault à relancer des techniques de dépistage à grande échelle afin de pouvoir suivre l’évolution de la COVID-19, dont une sixième vague frappe le Québec.

Pour le moment, les tests PCR, menés en laboratoire, sont réservés à certaines catégories de population, ce qui empêche les autorités de «voir l’ampleur de la vague actuelle», a rappelé le député péquiste Joël Arseneau, en point de presse à l’Assemblée nationale.

«Les moyens qui sont à la disposition des nations évoluées devraient être mis en place, justement, là, pour s’assurer de pouvoir voir venir l’ampleur de la vague», a-t-il ensuite déclaré.

Joël Arseneau et son vis-à-vis au Parti libéral du Québec, Monsef Derraji, demandent donc à Québec de permettre à nouveau un accès élargi aux tests PCR, tout en reprenant l’analyse des eaux usées, une méthode éprouvée pour suivre la propagation de la COVID-19 dans la population.

«Maintenant, on a deux médicaments. On a un antiviral et un monoclonal au niveau des hôpitaux. Si on n’a pas accès aux tests PCR, on risque de rater le bon médicament au bon moment pour certains patients», a d’ailleurs fait valoir Monsef Derraji.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.