/news/politics
Navigation

Excuses du pape aux Autochtones: «un pas en avant», juge Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Les excuses du pape François pour le rôle joué par l’Église catholique dans les horreurs des pensionnats autochtones représentent «un pas en avant» aux yeux du premier ministre Justin Trudeau.

• À lire aussi: Abus dans les pensionnats: le pape François présente ses excuses

«Les excuses présentées aujourd’hui constituent un pas en avant dans la reconnaissance de la vérité de notre passé. Nous ne pouvons pas séparer l’héritage du système des pensionnats des institutions qui l’ont créé, maintenu et exploité, y compris le gouvernement du Canada et l’Église catholique», a plaidé le premier ministre par communiqué vendredi.    

Un peu plus tôt dans la journée, le pape François a présenté ses excuses à une délégation autochtone venue le rencontrer au Vatican. L’ecclésiastique en a profité pour annoncer qu’il viendrait au Canada d’ici la fin de l’année.

AFP

Cet engagement a été salué par le premier ministre, qui «espère voir Sa Sainteté le pape François présenter des excuses lors d’une visite au Canada, conformément à la demande des Premières Nations, des Inuits et des Métis».

La présentation d’excuses du clergé faisait partie des recommandations issues de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

AFP

Ce «pas en avant» de l’Église survient alors que les horreurs de système de pensionnat ont été ravivées ces dernières années par les découvertes de centaines de tombes anonymes sur les sites d’anciens établissements, particulièrement dans l’Ouest canadien.

Ces découvertes ont ravivé la mémoire et les douleurs des peuples autochtones, dont les enfants avaient été enlevés de force pour être envoyés dans les pensionnats. Elles avaient aussi amené le gouvernement fédéral à accélérer la création de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, décrétée le 30 septembre.

AFP

Rappelons que le premier ministre Justin Trudeau avait cependant préféré prendre des vacances à Tofino plutôt que d’assister aux célébrations de la première édition de la journée de réconciliation, en septembre dernier. Le premier ministre s’était ensuite excusé de ce faux pas.

«Le gouvernement continuera de soutenir les communautés autochtones de tout le pays en leur fournissant le financement et les ressources dont elles ont besoin pour continuer à rechercher les lieux de sépulture anonymes, découvrir la vérité sur ce qui s’est passé dans les pensionnats et poursuivre leur processus de guérison», a tenu à rassurer Justin Trudeau vendredi.

La gouverneure générale du Canada, Mary Simon, d'origine autochtone, a quant à elle accueilli les excuses du pape comme un «vent d'optimisme ». Elle s'est particulièrement réjouie de la décision de celui-ci de venir visiter le Canada pour poursuivre le processus de réconciliation avec les peuples autochtones.

«Ces excuses nous permettent de prendre un pas de plus sur la voie de la réconciliation, mais cela ne représente qu'un pas. Sur cette voie, nous devons toujours chercher à admettre les souffrances et la vérité de notre histoire. Une histoire faite de nombreuses réalités : la mienne, la vôtre, celle de nos peuples», a témoigné la gouverneure générale, par voie de communiqué.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.