/opinion/columnists
Navigation

Le mensonge sur lequel repose la discrimination positive

Collage of young caucasian, hispanic, afro men wearing white t-shirt over white isolated background winking looking at the camera with sexy expression, cheerful and happy face.
Photo stock.adobe.com (Krakenimages.com)

Coup d'oeil sur cet article

Les programmes de «discrimination positive» reposent sur une thèse fausse, mais qui est néanmoins traitée comme une vérité officielle par l’idéologie dominante: les sociétés occidentales pratiqueraient une discrimination systémique contre les «minorités».

Il serait dès lors nécessaire de mettre en place des mécanismes de discrimination inversés pour permettre aux groupes «désavantagées» d’obtenir des postes auxquels ils n’auraient pas accès.  

  • Écoutez la rencontre Mathieu Bock-Côté et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h via QUB radio:   

Injustice

Cette thèse sociologique bancale est une fausseté absolue, et plus encore quand on parle du Québec.

Il faut se délivrer de certains lieux communs comme celui voulant que «les hommes blancs aient monopolisé le pouvoir depuis 2000 ans».

Qui affirme cela étale sans gêne sa bêtise et son inculture.

Quelques rappels. La présence démographique significative des minorités «raciales» est plus que récente dans l’histoire du Québec. Par conséquent, l’organisation sociale n’a pas pu se fonder sur leur refoulement.

Les Canadiens français, aussi blancs soient-ils, furent eux-mêmes traités comme quantité négligeable chez eux. À voir le monde par le prisme de la race, on oublie que les pays ne sont pas interchangeables et que le Québec n’est pas un État du sud des États-Unis.

Les partisans de la discrimination positive répètent en boucle des statistiques confuses qu’ils ne comprennent pas. Ils oublient aussi le fait qu’une disparité statistique ne s’explique pas nécessairement par un système discriminatoire.

Québec

Il n’y a pas de racisme systémique au Québec. Mais il y a une discrimination systématique contre les hommes blancs particulièrement, dans les milieux culturels et intellectuels, comme on l’a vu à l’Université Laval. Cette discrimination raciale contre les hommes blancs est banalisée et étendue.

Rappelons un principe élémentaire: refuser un noir parce qu’il est noir relève du racisme. Refuser un blanc parce qu’il est blanc relève du racisme aussi.

Ceux qui défendent la discrimination positive défendent un racisme qu’ils jugent acceptable parce qu’il vise les Blancs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.