/entertainment/tv
Navigation

Guy Nadon et le souvenir de Monsieur Surprise

Bruno Pelletier, Corneliu Montano et Guy Nadon
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

L’avènement de la télévision a précédé de quelques mois la naissance de Guy Nadon, en 1952. La boîte à images réservait bien des surprises à l’acteur québécois.

Guy Nadon, quelle est la première émission à vous avoir marqué ?

Je me rappelle de Monsieur Surprise. C’était Pierre Thériault qui le faisait. Je suis allé sur internet pour trouver des documents et je l’ai revu en Monsieur Surprise, sur une photo pour un disque qu’il avait fait en 1960, où il chante des chansons. Je peux quasiment revoir l’appareil de télévision sur lequel je regardais ça quand j’étais un tout petit gars. C’est la première émission qui m’a vraiment marqué.


Qu’est-ce qui vous stimulait tant ?

D’abord, il s’adressait directement aux enfants, il regardait à travers la lentille. C’était magnétisant, hypnotique. Et c’était à une époque où on s’adressait aux enfants non pas dans la langue des enfants, mais dans un français très châtié. Quand j’étais petit, ma mère me faisait suivre des cours de diction ; je détestais ça pour mourir, mais lui parlait comme la dame qui m’enseignait. Il y avait des choses qui se recoupaient dans ma vie.


Regardiez-vous beaucoup la télé lorsque vous étiez tout jeune ?

Quand je suis arrivé dans le monde, c’était l’époque où les télés arrivaient également. Mes parents ont eu une télé deux ou trois ans après qu’elles soient sorties et ça correspond à l’époque où j’avais 2 ou 3 ans. La télé était souvent allumée parce que c’était une nouveauté... J’ai regardé énormément de télé quand j’étais enfant, mais je jouais aussi dehors. Et une fois rendu à la petite école, j’aimais lire également.


Vos plus beaux souvenirs télé ont-ils été vécus seul ou en famille ?

Il y a eu des deux. À partir de mes 12 ou 13 ans, je regardais souvent des choses seul. À l’époque, il y avait déjà des reprises à la télé qui ne coûtaient pas cher. Je me rappelle d’avoir vu longtemps des émissions américaines en reprise ; une qui s’appelait The Dick Van Dyke Show. En rétrospective, j’ai souvent vu les mêmes épisodes dont je connaissais les gags à l’avance, mais ç’a été un cours de comédie.


Et en famille ?

Je me rappelle d’émissions qu’on regardait en famille. Il y en avait que je détestais parce que ça criait trop, comme The Honeymooners [...] Tout était très décent, mais j’étais trop jeune pour les émotions que ça charriait.


Y a-t-il un personnage que vous auriez aimé jouer pour les enfants ?

Je n’ai pas eu beaucoup de propositions. Je pense que j’avais la voix trop basse pour réalistement penser que je ferais des émissions pour enfants. Mais j’ai fait un pirate pour Il était une fois dans le trouble, sur VRAK, en 2009 [...] J’ai eu beaucoup de plaisir parce qu’un pirate peut avoir la voix que j’ai. C’était folichon comme émission. Mais me voyez-vous en Passe-Montagne ? (rires)


Guy Nadon retrouve Jacques Hamelin, président de la République du Québec, dans la troisième saison de La Maison-Bleue disponible sur l’Extra de Tou.tv.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.