/sports/hockey
Navigation

Pluie d’éloges pour Ève Gascon

Coup d'oeil sur cet article

Réunies à Verdun samedi, en marge de l’événement de hockey féminin Vitrine Quartexx, Marie-Philip Poulin, Ann-Renée Desbiens et Mélodie Daoust, récentes médaillées d’or avec l’équipe canadienne à Pékin, n’ont pas caché leur fierté face à la victoire historique obtenue par la gardienne Ève Gascon, la veille, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. 

«Je suis très contente pour elle, mais je ne suis pas surprise, a commenté Poulin, à propos du gain signé par Gascon dans l’uniforme des Olympiques de Gatineau, vendredi soir. On a vu en s’entraînant avec elle durant l’été comment elle met des efforts au gymnase.» 

Âgée de seulement 18 ans, Gascon est devenue la première femme en plus de deux décennies et la deuxième au total, après Charline Labonté en février 2000, à remporter un match dans la LHJMQ. Dans un gain de 7 à 3 contre les Voltigeurs de Drummondville, elle a repoussé 23 lancers.

À titre de gardienne, Desbiens, 27 ans, était particulièrement heureuse pour la jeune athlète originaire de Terrebonne, qu’elle a côtoyée à l’entraînement, elle aussi.

«Je me souviens qu’au moment de la rencontrer, je me voyais en elle à son âge, a raconté Desbiens. Si je peux faciliter son trajet en partageant mon expérience avec elle, je vais le faire. Mes conseils, elle peut les écouter ou pas, mais c’est un devoir pour moi de l’aider.»

«Ann-Renée l’a prise un peu sous son aile et c’était beau de voir Ève lui poser des questions sur la glace et hors glace, a complété Poulin. Quand on voit la nouvelle génération arriver, c’est bien si on peut servir de modèle... Dans le cas d’Ève, nous sommes vraiment fières d’elle.»

Exploit exceptionnel   

Immédiatement après le match de vendredi, qui avait lieu à Gatineau, Daoust a transmis ses félicitations directement à la principale intéressée.

«J’ai écrit immédiatement à Ève et je l’ai félicitée pour son exploit, a révélé l'attaquante. C’est quelque chose d’exceptionnel. Qu’elle soit reconnue comme ça, elle le mérite amplement car elle travaille super fort. Elle a un futur incroyable devant elle.»

«Elle a définitivement le potentiel pour être sur l’équipe nationale, j’espère qu’un jour, elle va voler ma place, d’ajouter Desbiens, avec le sourire. Pas demain, j’espère, mais si elle continue de mettre les efforts, je suis certaine qu’on va entendre parler d’elle encore longtemps.»

«En prenant connaissance de sa victoire, j’étais tout simplement remplie de fierté, a ajouté la gardienne. De la voir tracer sa propre voie et de repousser les limites, c’est inspirant et Ève est déjà une grande ambassadrice pour notre sport.»

Une bonne éthique de travail   

Pour avoir évolué aux côtés de Labonté à l’époque, Daoust a finalement tracé un joli parallèle entre son ancienne coéquipière et Gascon.

«Elle me rappelle beaucoup Charline quand je la vois garder les buts avec son style et son acharnement au travail, a souligné Daoust, qui avait joué avec Labonté à l’Université McGill ainsi que dans l’équipe canadienne. Ève a une mentalité semblable à celle de Charline au niveau de l’éthique de travail. Elle va aller loin, elle a une bonne tête sur les épaules et elle est aussi très humble.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.