/world/opinion/columnists
Navigation

Entre l’Occident et la Russie, des cœurs qui balancent

SWITZERLAND-RIGHTS-DIPLOMACY-POLITICS-RUSSIA
Photo AFP Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères

Coup d'oeil sur cet article

Nous vivons dans une bulle et la guerre en Ukraine nous le démontre une nouvelle fois. Nous sommes dégoûtés par la destruction et le carnage qui y perpètrent les armées de Vladimir Poutine et sommes persuadés que tout le monde partage notre avis. Nous nous mobilisons pour soutenir les Ukrainiens et sanctionner les Russes, persuadés que ces démarches suscitent l’unanimité. C’est loin d’être aussi clair.

Il y a un mois presque jour pour jour, au début de ce qui s’annonçait déjà pour devenir une immense scène de désolation, je me demandais qui pouvait encore s’acoquiner avec le président russe. Très peu nombreux, ils existaient tout de même, ces infréquentables, telles la Biélorussie, la Syrie et la Corée du Nord, qui avaient voté non à une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU déplorant l’agression russe.

Dans notre bulle, nous pleurons les milliers d’innocents tués dans les bombardements ; nous découvrons, horrifiés, ces villes et villages réduits en ruines ; nous compatissons avec les quatre millions de réfugiés ukrainiens, davantage encore qu’avec tout autre peuple forcé à l’exil depuis la Seconde Guerre mondiale.

Elle n’est pas gonflée d’illusion ou de tromperie, cette bulle qui nous entoure. Nos sources d’information sont variées, vérifiées et confirmées jour après jour. Du coup, comment peut-on ne pas être partout aussi révoltés que nous le sommes nous-mêmes ?

DE TRÈS GROS AMIS

Pour un homme dont le pays est en guerre et qui devrait être un paria mondial, Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a eu une semaine chargée. Il s’est notamment rendu en Chine pour discuter avec son homologue Wang Yi.

Pékin, en dépit des analyses sophistiquées qui prédisent que les Chinois ne voudront pas se mettre à dos leurs riches importateurs occidentaux, s’en tient à « l’amitié sans limites » que Vladimir Poutine et Xi Jinping ont proclamée dans le communiqué publié après leur rencontre à la veille des 24e Jeux olympiques d’hiver.

Lavrov est passé, par la suite, par New Delhi où, en plus du ministre indien des Affaires extérieures, il a longuement échangé avec le premier ministre Narendra Modi. La Maison-Blanche d’ailleurs est frustrée que l’Inde — le 3e plus gros importateur de pétrole au monde — se laisse tenter par les exportations pétrolières russes à rabais.

LA RUSSIE ISOLÉE, DE QUI AU JUSTE ?

Elle est longue, la liste de pays résistant à faire respecter les contraintes imposées à Moscou. En plus des géants chinois et indien, l’Indonésie, le Pakistan, le Brésil, le Nigeria ou encore le Mexique continuent de dire non. En fait, les pays qui, comme le Canada, ont pris le train des sanctions correspondent à peine à 15 % de la population mondiale.

Nous pouvons avoir l’arrogance d’affirmer que nos PIB réunis équivalent à plus de la moitié de toutes les marchandises produites et des services rendus dans le monde. Il faut se méfier toutefois qu’on ne vienne pas crever notre bulle.

Lors de son séjour chinois, Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a avancé que la Russie, la Chine et d’autres pays « se dirigeaient vers un ordre mondial multipolaire, juste et démocratique ». Dans la bonne vieille tradition soviétique, le sens des mots est dénaturé. Pas une raison pour autant de fermer les yeux sur ce qui se trame.

Amis ou ennemis ?

Parmi les dix pays les plus peuplés de la planète...

Pour Moscou...

1. Chine

2. Inde

4. Indonésie

5. Pakistan

6. Brésil

7. Nigeria

8. Bangladesh

9. Russie

10. Mexique

Pour Washington...

3. États-Unis

Parmi les dix plus grandes économies de la planète...

Pour Washington...

1. États-Unis

3. Japon

4. Allemagne

5. Royaume-Uni

6. France

8. Italie

10. Canada

Pour Moscou...

2. Chine

7. Inde

9. Brésil

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.