/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Que peut faire l’ONU en temps de guerre?

Haut lieu de diplomatie, l’ONU n’est pas le 911 de la planète en crise, disent les experts

Que peut faire l’ONU en temps de guerre?
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des voix s’élèvent pour que l’Organisation des Nations unies (ONU) mette fin à la guerre en Ukraine. Quand il s’est adressé au secrétaire général de l’ONU le 24 février dernier, le président Volodymyr Zelensky a exigé que l’ONU retire à la Russie son «droit de veto au conseil de sécurité». Quel est le rôle de l’ONU en temps de guerre? Des experts répondent à nos questions.

• À lire aussi - [EN DIRECT] 40e jour de guerre en Ukraine: voici tous les derniers développements

• À lire aussi - Après Boutcha, les Occidentaux veulent des enquêtes sur les «crimes de guerre»

Qu’est-ce que l’ONU?   

Que peut faire l’ONU en temps de guerre?
AFP

Fondée par 51 pays après la Seconde Guerre mondiale, le 24 octobre 1945, afin de maintenir la paix et la sécurité dans le monde, l’ONU compte 193 membres, soit la totalité des États reconnus par les autres membres. Le Vatican et la Palestine sont des «observateurs non membres» et Taïwan est représenté par la Chine.

Elle est formée de cinq principaux organes: l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité, le Conseil économique et social, le Conseil de tutelle, la Cour internationale de justice et le Secrétariat.

Le Conseil de sécurité, qui est la composante exécutive de l’ONU, est formé de cinq membres permanents disposant d’un droit de veto et 10 membres élus par l’Assemblée générale pour un mandat de deux ans. Les cinq membres permanents – la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie – sont les principaux vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale et représentaient à l’époque la majorité de la population mondiale.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Le secrétaire général et porte-parole est nommé pour un mandat de cinq ans renouvelable. Le Portugais Antonio Guterres occupe ce poste depuis 2017.

«On ne voit que la partie émergée de l’iceberg» que constitue l’ONU, poursuit Charles-Philippe David. L’organisation agit sur différents fronts, dont la culture avec l’UNESCO, l’immigration avec l’UNHCR, l’environnement, etc. Et lorsqu’on fait une déclaration à l’ONU, on s’adresse à un auditoire international; le président ukrainien Volodymyr Zelensky ne s’en est pas privé. Si l’ONU n’existait pas, conclut M. David, il faudrait l’inventer.

L’ONU peut-elle mettre fin à la guerre en Ukraine?   

Que peut faire l’ONU en temps de guerre?
AFP

Non, ce n’est pas son rôle. «L’ONU existe pour permettre un dialogue entre les nations», mais n’est pas le 911 du monde, explique Charles-Philippe David, président fondateur de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM. Elle n’est pas là pour intervenir sur le terrain des conflits mondiaux, mais pour permettre aux représentants de tous les pays de se parler.

«Assister à une séance de l’Assemblée générale, c’est assister à une pièce théâtre où tous les grands de ce monde expriment leurs positions politiques sur les enjeux du moment», explique Frédéric Mérand, directeur du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM).

Peut-on en expulser la Russie, soupçonnée de crimes de guerre?   

Que peut faire l’ONU en temps de guerre?
AFP

«Surtout pas», répond Frédéric Mérand pour qui l’ONU demeure un des rares endroits où on peut encore entendre des diplomates russes et ukrainiens sur la même tribune. Un avis que partage son collègue Charles-Philippe David. «Si on devait exclure la Russie pour ses crimes de guerre, il faudrait expulser de nombreux autres pays», mentionne-t-il. Pour lui, un endroit où les nations belligérantes peuvent encore discuter est très précieux, car la Russie va demeurer après la guerre.

Devrait-on réformer le Conseil de sécurité?   

Oui, croit Marie-Joëlle Zahar, professeure de science politique à l’UdeM et chercheuse au CÉRIUM. Plusieurs grandes régions du monde échappent encore au Conseil de sécurité de l’ONU, du moins en ce qui concerne les membres permanents. «On parle d’intégrer le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud», notamment. Ces régions représentent une grande partie de la démographie mondiale, fait-elle valoir. Pour elle, la guerre en Ukraine pourrait être une bonne occasion à saisir afin de procéder à cette réforme.

À quoi s’attendre des réunions spéciales portant sur l’Ukraine?   

Que peut faire l’ONU en temps de guerre?
AFP

«À rien», répond franchement Frédéric Mérand. «L’Ukraine, le Royaume-Uni, la France et les États-Unis vont continuer de dénoncer l’agression russe. La Russie va continuer de mentir. La Chine va ménager la chèvre et le chou.»

Mais ces échanges demeurent utiles, car rares sont les endroits où agresseurs et agressés peuvent se parler directement. Et il y aura un «après»...

«Il faudra reconstruire l’Ukraine. Ça sera long, si l’on en juge par la violence des attaques, mentionne Mme Zahar. Cela exigera un travail coordonné de multiples nations.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.