/news/currentevents
Navigation

Un jeune accusé de meurtre prémédité libéré, la famille de la victime veut que justice soit faite

FD-CHATEAUGUAY-BALLE
Photo d’archives James Richard Curotte a été tué de quatre projectiles d’armes à feu, le 22 août 2020, au parc de la Commune, à Châteauguay.

Coup d'oeil sur cet article

La famille d’un homme tué par balles et dont le meurtrier présumé vient d’échapper à la justice dans un dénouement rare devant le tribunal implore ceux qui détiennent des informations sur le crime d’aider à relancer l’enquête.

• À lire aussi: Le mystère plane autour d’un meurtre à Châteauguay

«Mon neveu a été tué, sa fille de 10 ans doit vivre sans son père, et personne ne paiera pour ça? Il doit y avoir justice», a laissé tomber Valérie Curotte, la tante de James Richard Curotte.

Tôt le matin du 22 août 2020, l’homme de 30 ans a été criblé de balles et de petits plombs au parc de la Commune, à Châteauguay. 

Peu après, Justin Alexandre Moore a été accusé de meurtre prémédité. Mais l’homme de 23 ans a récemment été libéré de l’accusation qui pesait contre lui, la plus grave au Code criminel. 

Il s’agit d’une conclusion des plus rares pour une telle accusation, au point où aucun intervenant consulté par Le Journal ne se souvient d’un cas similaire. 

La juge Marie-Chantal Doucet, de la Cour du Québec, a en effet retenu que la preuve était «insuffisante» pour citer l’accusé à procès au terme de l’enquête préliminaire, au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

Il s’agit d’une étape judiciaire qui permet à un magistrat d’évaluer si, à la lumière des preuves de l’accusation, il est pertinent et légitime de tenir un procès.

James Richard Curotte accompagné sur la photo de sa fille, Waheshon, maintenant âgée de 10 ans.
Photo courtoisie
James Richard Curotte accompagné sur la photo de sa fille, Waheshon, maintenant âgée de 10 ans.

Mémoires défaillantes

Bien que la preuve révèle que l’accusé s’est présenté au parc en compagnie de la victime les instants avant le drame, rien ne prouve que Moore est celui qui a fait feu, a expliqué la juge. 

Les armes utilisées pour tuer James Richard Curotte n’ont jamais été retrouvées et aucune trace d’ADN de l’accusé ne se trouvait sur la dépouille et les vêtements de la victime.  

«L’accusé n’a pas un accès exclusif au parc. La scène de crime ne laisse pas d’information permettant de [le] relier au meurtre», a analysé la juge. 

De plus, à l’enquête préliminaire, de nombreux témoins auraient eu du mal à se souvenir de détails survenus la veille du drame, alors que l’accusé et la victime se seraient parlé lors d’une fête. 

L’un peinait à reconnaître des gens «qu’il connaît pourtant» ainsi que des textos échangés avec l’accusé, l’une témoignait avec «malaise et hésitation», et un autre était «vague et imprécis», ce qui a rendu la juge «perplexe». 

«Les personnes qui savent quelque chose, vous devez parler! On se demande vraiment qui ils protègent là-dedans», a lancé la femme de 60 ans, qui considère son neveu comme son propre fils puisqu’elle en a eu la garde de nombreuses années.

Accusé de nouveau ?

Mme Curotte exige d’ailleurs que la Sûreté du Québec continue l’enquête. Si les policiers mettaient la main sur d’autres éléments de preuve, il n’est pas impossible que Moore puisse être accusé à nouveau pour ce crime. 

En effet, l’accusé a été libéré de l’accusation au stade de l’enquête préliminaire, et non acquitté, a précisé la procureure de la Couronne au dossier, Me Hélène Langis. 

Pour s’assurer que les choses bougent, Valerie Curotte a pour sa part engagé un avocat, afin d’évaluer ses options légales. 

«Sa fille était tout le temps avec son père, elle a le droit d’avoir des réponses, elle a le droit de savoir comment et pourquoi son père est mort», a-t-elle insisté. 


Justin Alexandre Moore n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.