/news/politics
Navigation

Le maire Marchand «très heureux» du feu vert au tramway

Coup d'oeil sur cet article

Se gardant de pavoiser, le maire de Québec s’est réjoui d’obtenir les décrets qui lui permettent d’aller de l’avant dans les prochaines étapes du projet de tramway. 

• À lire aussi: La CAQ donne le feu vert au projet de tramway à Québec

Après des semaines de psychodrame, le gouvernement de la CAQ a donné le feu vert au lancement des appels de propositions pour le tramway de Québec, sans aucune condition. 

Le maire Bruno Marchand était tout sourire mercredi, en fin de journée. « C’est avec bonheur que j’ai reçu cette nouvelle. Je suis très, très heureux de l’émission des décrets. C’est une bonne nouvelle pour Québec. Pas pour le maire, pas pour l’ego du maire. Ce qui est important, c’est que pour les citoyens de Québec, c’est extraordinaire comme nouvelle. » 

Ingérence

Le maire estime que la sortie combative qu’il a faite le 23 mars pour dénoncer l’ingérence du gouvernement dans les compétences de la Ville a changé la donne. « Je pense que ça a été un tournant. Si c’était à refaire, je le referais à cause de ce que ça a amené dans la population. » Plusieurs personnes se sont alors intéressées au projet, croit-il.

Il n’en fait pas une victoire personnelle sur les ministres de la CAQ. « La victoire, c’est pas important. C’est de livrer un projet intéressant. C’est pas un enjeu personnel. Je ne fais pas cette job-là pour avoir des victoires personnelles, je m’en fous. Ce qui compte, c’est ce qu’on bâtit pour les générations futures. » 

Il assure que l’acceptabilité sociale est tout aussi importante pour lui que pour le gouvernement. Mais il s’est gardé de préciser la façon qu’il utilisera pour la mesurer, de même que l’objectif qu’il vise. « Ce que j’ai garanti au gouvernement, c’est que mon engagement serait indéfectible. »

Le maire de Québec, Bruno Marchand, a laissé les querelles derrière et a salué le gouvernement et l’« engagement du premier ministre », qui lui permettent de procéder au lancement des appels de propositions pour le tramway « dans les délais ».
Photo Stevens Leblanc
Le maire de Québec, Bruno Marchand, a laissé les querelles derrière et a salué le gouvernement et l’« engagement du premier ministre », qui lui permettent de procéder au lancement des appels de propositions pour le tramway « dans les délais ».

Le vent tourne

Il dit sentir cependant que le vent tourne en faveur du tramway. Des acteurs importants se sont prononcés en faveur ; un rassemblement a réuni des personnes de tous les horizons sociaux et politiques. La nouvelle vidéo du tramway, présentée cette semaine, a amené une vague d’appuis, a exprimé le maire.

Selon lui, le gouvernement Legault a changé son fusil d’épaule parce qu’il a « réalisé que le projet était nécessaire » et qu’il a vu la mobilisation autour de ce dernier. M. Marchand a appelé le gouvernement à continuer de soutenir le projet. 

Il a salué le « courage » de la prise de position du député Sylvain Lévesque, favorable au tramway, dans le contexte où Éric Duhaime, notoirement contre, se présente dans sa circonscription. 

Pas de coûts supplémentaires

Grâce à l’adoption des décrets à temps, aucun coût supplémentaire ne devrait être imputé au projet. 

Les appels de propositions seront lancés dans les prochains jours, pour le matériel roulant et la construction des infrastructures. 

Des semaines de chicane pour... absolument rien  

14 mars 

Le maire Bruno Marchand fait une première sortie pour presser le gouvernement Legault d’émettre les décrets afin de lancer les appels de propositions du projet de tramway.

17 mars

Le Journal révèle l’existence d’une étude d’impact sur la circulation, laquelle conclut que le temps de parcours des automobilistes empruntant la Grande Allée et le boulevard Laurier pourrait doubler, avec une rue partagée sur René-Lévesque.

17 mars

La ministre Geneviève Guilbault affirme que le gouvernement du Québec attend toujours une confirmation officielle d’Ottawa pour le partage des dépassements de coûts.

21 mars

Le maire de Québec implore à nouveau le gouvernement Legault d’émettre les décrets pour éviter du retard.

22 et 23 mars

Plusieurs ministres ainsi que le premier ministre François Legault laissent entendre qu’il y aura trois conditions aux décrets : l’acceptabilité sociale, l’abandon de la rue partagée et la révision du partage des coûts avec Ottawa. Éric Caire accuse le maire de « polluer l’existence » des automobilistes avant de se rétracter.

23 mars

Bruno Marchand jette les gants. Il accuse le gouvernement de s’ingérer dans un champ de compétence municipale et prévient qu’il n’acceptera aucune condition en échange des décrets.

4 avril

François Legault annonce qu’il donnera le feu vert aux décrets et laisse entendre qu’il n’y aura qu’une seule condition : la « meilleure acceptabilité sociale ».

Hier

Le Conseil des ministres émet finalement les décrets attendus par la Ville de Québec, sans condition. Les ministres François Bonnardel et Geneviève Guilbault réitèrent l’importance de l’acceptabilité sociale sans toutefois la définir et disent faire confiance au maire.

Une décision qui fait des heureux  

« Tout ça, pour ça. On a de la misère à comprendre quelle bulle est passée dans le cerveau du gouvernement. Nous sommes très contents que ça se soit placé et, comme partenaires du projet de tramway, on salue que le maire soit resté ferme sur ce dossier. »

– Claude Villeneuve, chef de l’opposition officielle

« Maintenant, nous avons la preuve que c’est en ayant de l’ambition pour la mobilité durable et en se mobilisant avec la population que l’on arrive à faire des gains pour notre ville. » 

– Jackie Smith, cheffe de Transition Québec

« Il y a de quoi être satisfait quand tout pointe dans un sens et que la volonté politique suit. On aura déjà cruellement besoin d’un moyen de transport à grande capacité rendu en 2028, alors un autre report aurait tout simplement été catastrophique pour notre économie régionale et notre qualité de vie. »

– Yvon Charest, président de J’ai ma passe

« Je suis déjà impatient de voir apparaître les premiers rails, mais j’ai surtout très hâte d’embarquer dans le tramway et de constater l’impact à grande échelle que ce projet de mobilité durable révolutionnaire pour la région aura sur nos déplacements. » 

– Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.