/sports/soccer
Navigation

Études ou sport : le choix facile de Félix Goulet

Le gardien Félix Goulet dans l’uniforme des Carabins de l’Université de Montréal.
PHOTO COURTOISIE / CARABINS DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL / JAMES HAJJAR Le gardien Félix Goulet dans l’uniforme des Carabins de l’Université de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Félix Goulet n’aura aucun regret à délaisser le soccer après une brillante carrière universitaire. Récompensé tant pour ses efforts sur le terrain que dans la salle de classe par U SPORTS, l’étudiant de l’Université de Montréal estime avoir un solide «plan B» pour la suite.

Ce qu’il qualifie de «plan B», ce sont ses études en neurosciences et sa maîtrise en audiologie. L’étudiant-athlète de 25 ans reconnaît désormais que sa carrière en santé prendra le dessus.

Auteur d’une très bonne moyenne pondérée cumulée de 4,03 sur 4,3 à sa quatrième année dans son programme et vainqueur du championnat canadien avec les Carabins, Goulet a reçu un petit bonbon supplémentaire en mars en étant sélectionné dans le top 8 académique d’U SPORTS. Il est ainsi le représentant du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) pour la saison 2020-2021.

«J’essaie de faire le mieux que je peux sur les deux tableaux et c’est une belle reconnaissance», a-t-il commenté dans une entrevue avec l’Agence QMI, ajoutant que cette nomination était arrivée comme une belle surprise.

Goulet a terminé sa carrière en bleu avec une seconde victoire du championnat canadien, après la conquête de 2018. Le tournoi de 2020 avait été annulé en raison de la COVID-19 et les Carabins avaient perdu en finale au CEPSUM l’année précédente. Disons que le gardien et ses coéquipiers étaient motivés à faire mieux.

«Pendant les trois matchs, il y a eu tellement de moments-clés qui auraient pu faire virer ça d’un bord ou l’autre. Finalement, tout s’est aligné pour qu’on gagne», a raconté Goulet, qui a vu les siens remporter la finale en tirs de barrage.

Une carrière avant tout

Après un temps de réflexion, Goulet a choisi de mettre toute son énergie dans la poursuite d’une carrière dans son domaine. Il mettra en pause sa pratique du soccer, lui qui a refusé une offre du club semi-professionnel FC Laval.

Au milieu de la vingtaine, il se trouve un peu âgé pour amorcer un parcours professionnel sportif. Ça reste tout de même un rêve de petit gars de percer au soccer.

«Quand tu es jeune, pour n’importe quel sport que tu fais et que tu joues à un haut niveau, tu as toujours le rêve en arrière de la tête de devenir professionnel. C’est sûr que s’il y a une opportunité qui se présente, je vais la regarder sérieusement et sûrement la prendre, même si ce n’est que pour jouer un ou deux ans [comme] professionnel», a-t-il avoué.

«À 25 ans, il commence à être un peu tard. Les clubs, je pense qu’ils veulent mettre de l’énergie dans des joueurs plus jeunes qu’ils peuvent développer. La [Première Ligue canadienne], c’est bien, mais au niveau des salaires, ce n’est pas incroyable.»

Pour son cheminement tant scolaire que sportif, Félix Goulet remercie ses parents, qui ont «fait beaucoup de sacrifices». Comme lui, ses deux frères et sa sœur ont pu pratiquer régulièrement le soccer et ont été encouragés à trouver leur voie.

Le natif de Saint-Jean-sur-Richelieu a été sélectionné deux fois parmi les étoiles académiques canadiennes et aussi sur les équipes d’étoiles du RSEQ et d’U SPORTS. Après le championnat du Canada à sa dernière année, il ne serait pas triste de quitter ainsi son premier amour.

«Il n’y avait pas de meilleure façon de finir. Si ça doit finir comme ça, ça sera sur une bonne note et je n’aurai pas de regrets», a confié Goulet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.