/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Guerre en Ukraine: 3 points pour mieux comprendre le mouvement séparatiste prorusse

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Depuis plus d’un mois, les violences vécues par les Ukrainiens font la une des journaux à travers le monde. Or on oublie parfois que le pays est le théâtre de luttes fratricides depuis l’annexion de la Crimée par la Russie, en 2014.  

• À lire aussi: En pause ou en panne: l’état des forces russes en question en Ukraine

• À lire aussi: Les sanctions contre Moscou exposent la vie privée bien gardée de Poutine

• À lire aussi: La Russie suspendue du Conseil des droits de l'homme des Nations unies

Ce conflit, qui a coûté la vie à 14 000 personnes, oppose le gouvernement ukrainien et les forces séparatistes prorusses de la région du Donbass.   

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Que s’est-il passé pour que ces rebelles décident de divorcer de l’Ukraine? Pourquoi revendiquent-ils l’indépendance des républiques de Donetsk et de Lougansk?      

  • Les russophones du Donbass    

La région du Donbass est très importante pour l’économie ukrainienne. Selon les informations du journal français Libération, ses champs de blé et ses mines riches en charbon ainsi qu'en minéraux ont attiré de nombreux résidents dans le secteur.   

Donetsk (anciennement Stalino) est l’un des principaux centres métallurgiques du pays. Elle compte deux millions d’habitants. 

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Lougansk (ex-Vorochilovgrad) est une ville industrielle qui totalise 1,5 million d’habitants.   

D’après l’AFP, l’Union soviétique, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, a envoyé dans le Donbass plusieurs travailleurs russes pour qu'ils en exploitent les ressources. Les descendants de ces ouvriers ont créé la grande communauté russophone qu’on retrouve dans la région. 

  • La volonté de Kyïv, de s’approcher de l’Occident    

En 2014, la capitale Kyïv a été la scène d’émeutes sanglantes. Les manifestants, originaires de partout en Ukraine, réclamaient davantage de liberté et des liens plus serrés avec l’Union européenne.   

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Les forces gouvernementales, dirigées par un président prorusse, ont brutalement réprimé les manifestations, faisant plus de 80 morts.   

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Or, malgré la violence, 250 000 à 500 000 personnes ont participé au mouvement. Cette révolution a causé la fuite du président de l’époque, Viktor Ianoukovitch. 

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

La réaction de la Russie a été rapide. Dans la même année, elle a ordonné l’annexion de la Crimée, une péninsule située au sud de l’Ukraine, sur la mer Noire. 

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Une autre guerre a éclaté au Donbass à l’issue de deux référendums qui ont eu lieu à Donetsk et à Lougansk. Les deux régions ont exprimé leur désir de se séparer de l’Ukraine et de son gouvernement pro-européen afin de se rapprocher de Moscou.   

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Ces référendums, dont les résultats n’ont jamais été reconnus par la communauté internationale, ont entraîné une révolte sociale qui s’est transformée en insurrection armée. 

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

La Russie a longtemps été accusée par Kyïv et les Occidentaux de soutenir militairement et financièrement les séparatistes prorusses.     

  • Les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk    

Selon le magazine français L’Express, les accords de Minsk, signés en 2014 et en 2015, devaient instaurer un cessez-le-feu entre les forces ukrainiennes et les séparatistes. 

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Il y avait plusieurs points importants dans les accords, notamment le retrait des armes lourdes dans chaque camp, une grâce pour les personnes impliquées dans les combats, un échange d'otages et de prisonniers, et le retrait des formations armées étrangères.   

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Ils prévoyaient aussi une réforme constitutionnelle en Ukraine et des élections à Donetsk et à Lougansk. Il était aussi prévu que celles-ci restent sous pavillon ukrainien.   

Or ces ententes ont été bafouées à plusieurs reprises par les deux camps.   

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Le président russe Vladimir Poutine a finalement déchiré l’accord le 21 février 2022, en reconnaissant les deux républiques prorusses. Il a ensuite ordonné l’invasion de l’Ukraine le 24 février, en accusant le gouvernement ukrainien de commettre un génocide à l’endroit de la communauté russophone. 

RUSSIA-UKRAINE-POLITICS-CRISIS-RALLY
AFP

Dans les derniers jours, la Russie a affirmé vouloir concentrer son offensive dans l’est de l’Ukraine, mais continue tout de même de bombarder des secteurs plus à l'ouest.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.