/lifestyle/home
Navigation

Un potager sous serre ça vous tente?

0409 CASA Fleurs et potager
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La culture sous serre est assurément le meilleur moyen de débuter la saison d’agriculture urbaine plus tôt et de la prolonger tardivement à l’automne. Sans avoir recours à un système de chauffage, ce type de serre permet de commencer la saison dès le début de mars et de la prolonger jusqu’en décembre, parfois même au début de janvier.

De nombreux modèles de petites serres domestiques sont vendus sur Internet ainsi que dans les jardineries et les grandes surfaces. Habituellement faites d’une structure en aluminium et recouvertes de polycarbonate ou de polyéthylène, la plupart de ces serres sont abordables, légères et faciles à monter soi-même. Quant aux serres en verre, celles-ci sont nettement plus onéreuses, elles exigent une fondation et leur installation doit généralement être confiée à des professionnels.

D’autre part, une méthode peu coûteuse consiste à cultiver les légumes sous des tunnels recouverts d’une pellicule plastique. Un tel tunnel est en fait constitué d’un mince film de polyéthylène transparent installé sur une structure simple faite de tiges flexibles en plastique ou en acier disposées en arceaux.

La pellicule de polyéthylène laisse passer la lumière du soleil et permet de conserver suffisamment de chaleur la nuit pour que certaines plantes comestibles arrivent à pousser durant les journées froides de fin d’hiver. La terre absorbe la chaleur pendant le jour et la réémet durant la nuit sous forme de rayonnement infrarouge, contribuant ainsi à maintenir l’air sous la pellicule plastique suffisamment chaud pour éviter que les plantes soient affectées par le froid. On peut également installer un câble chauffant sur le sol afin d’assurer l’intégrité des plantes potagères durant les périodes les plus froides.

Dimensions

La superficie d’une serre dépend avant tout du budget, de la quantité de plantes qu’on désire cultiver ainsi que de la taille du terrain sur lequel on souhaite l’installer. Ne voyez cependant pas trop petit puisque pour pouvoir travailler à l’aise dans une serre, il faut qu’elle ait au minimum 2 à 2,50 mètres de largeur et une hauteur d’au moins 2 mètres du sol au pignon, afin de pouvoir y tenir debout. La hauteur des murs est également importante et doit être suffisante pour pouvoir accéder facilement aux végétaux cultivés sur les bords.

L’emplacement idéal pour une serre est un lieu bien ensoleillé et orienté plein sud. Il peut être fort bénéfique d’adosser votre serre à une haie de conifères dense du côté nord-ouest afin de la protéger des vents froids.

N’oubliez surtout pas de vérifier auprès des autorités de votre municipalité quels sont les règlements concernant la construction et l’installation de serres domestiques. Plusieurs villes encouragent la pratique de l’agriculture urbaine, mais certaines ne permettent pas l’installation de serres permanentes sur leur territoire.

Fondations

Une petite serre dont la structure est faite en acier ou en aluminium peut être déposée sur le sol, si l’on souhaite cultiver les plantes potagères en pleine terre, ou directement sur le revêtement d’une terrasse ou d’un patio, dans le cas où la culture est faite en contenant.

Par contre, si l’on installe une serre sur un sol argileux sujet au mouvement lors des cycles de gels et de dégels, il peut être nécessaire de disposer les poteaux qui soutiennent la structure sur une fondation en gravier compacté d’au moins 30 cm d’épaisseur pour éviter que cette dernière ne se déplace ou se déforme.

0409 CASA Fleurs et potager
Photo courtoisie

Pour leur part, les serres en bois doivent idéalement être déposées sur un lit de gravier afin d’éviter qu’elles entrent en contact avec le sol et ainsi éviter leur décomposition par les microorganismes.

Finalement, si le matériau de recouvrement d’une serre est le verre, elle doit impérativement être installée sur des piliers ou une fondation en béton.

Structure

Puisqu’elle assure la stabilité et la solidité de la serre, la structure est un élément important à prendre en considération. Certains matériaux sont disponibles, dont les plus courants sont l’acier, l’aluminium et le bois.

Acier

Puisque l’acier possède une grande solidité, il permet la fabrication de structures fines assurant ainsi une pénétration maximale de la lumière du soleil. Par contre, l’acier rouille lorsqu’il est exposé à l’air et à l’eau. Ainsi, il est préférable d’opter pour de l’acier galvanisé, c’est-à-dire recouvert d’une couche de zinc qui le protège de la corrosion. D’autre part, certains fabricants recouvrent les structures d’acier d’une peinture cuite très résistante aux intempéries. L’acier est le plus souvent utilisé avec des revêtements faits de films plastiques.

Aluminium 

Les structures en aluminium sont généralement légères, faciles à monter et demandent peu d’entretien puisqu’elles ne rouillent pas. Malgré sa grande légèreté, l’aluminium est solide, ce qui permet la fabrication de structures fines et l’utilisation de vitrages aux dimensions plus importantes. De plus, le vitrage ou les panneaux de polycarbonate peuvent être insérés facilement dans une structure en aluminium et maintenus en place à l’aide d’attaches, de joints en caoutchouc ou par simple emboîtement.

Puisque l’aluminium a tendance à ternir et à noircir avec le temps, certains fabricants proposent des structures en aluminium anodisé (argenté, bronze ou noir), ou encore recouvert d’une peinture cuite comme dans le cas de l’acier. Grâce à ses nombreuses qualités, l’aluminium est certainement le matériau le plus utilisé pour la fabrication de petites serres pour les jardiniers amateurs.

Bois

Le bois est un matériau généralement moins dispendieux que l’acier et l’aluminium pour la fabrication des structures de serres, mais par contre, puisque c’est un matériau vivant, il a une propension à se déformer sous l’effet de l’humidité et des cycles de gels et dégels. De plus, les structures de serres en bois sont généralement lourdes et volumineuses, ce qui les rend plus difficiles à assembler et diminue la quantité de lumière qui peut y pénétrer. Le bois exige en outre un entretien régulier pour éviter qu’il ne soit affecté par la moisissure et la pourriture.

0409 CASA Fleurs et potager
Photo courtoisie

Le thuya de l’Est ou de l’Ouest, communément appelé cèdre, est un excellent choix puisqu’il est relativement stable et n’a besoin d’aucun traitement, car il est naturellement imputrescible. Le mélèze est une autre essence imputrescible et résistante aux intempéries qui est peu connue. Le mélèze permet la construction de serres moins dispendieuses et résilientes.

Recouvrement 

Pour croître et se développer de façon optimale, les végétaux comestibles ont besoin de lumière et de chaleur. Bien évidemment, le matériau qui recouvre une serre doit être transparent, voire translucide, pour permettre à un maximum de lumière du soleil d’y pénétrer. Le matériau de recouvrement a aussi pour fonction de protéger les plantes des intempéries et de diminuer l’effet du froid extérieur sur l’atmosphère intérieure. Quelques matériaux sont disponibles, dont les plus courants sont les films plastiques, le polycarbonate et le verre.

Film plastique

Les films plastiques sont habituellement constitués de polyéthylène, une substance relativement peu dispendieuse fabriquée à partir du pétrole. Doublés afin d’emprisonner une couche d’air, ces plastiques offrent une bonne protection contre les vents froids. Par contre, ils doivent être remplacés régulièrement, soit environ tous les cinq ans. De plus, les rayons UV du soleil dégradent la surface du plastique, ce qui peut ainsi l’opacifier s’il n’est pas traité, diminuant ainsi la quantité et la qualité de la lumière captée.

L’entretien d’un recouvrement de serre en plastique est facile ; il s’agit de le laver chaque année avec de l’eau tiède savonneuse. Pour prolonger la longévité d’un film plastique, il est recommandé de bien le fixer à la structure. Sous l’effet du vent, un recouvrement de plastique mal tendu aura tendance à frotter et par conséquent à se détériorer plus rapidement.

Polycarbonate 

Le polycarbonate est une matière plastique fabriquée à partir du pétrole – dont la fabrication émet malheureusement des gaz à effet de serre comme le polyéthylène – qui est généralement vendu sous forme de plaques rigides composées de parois espacées par des cavités dans lesquelles est emprisonné de l’air. La durée de vie de la plupart des types de polycarbonates est de plus de dix années.

Le polycarbonate à paroi simple est presque aussi transparent que le verre, mais nettement plus résistant aux chocs que ce dernier. Les panneaux en polycarbonate simple sont légers et faciles à installer, mais ils ont un faible pouvoir isolant. Par exemple, une plaque de polycarbonate simple de 0,75 mm d’épaisseur possède une résistance thermique de R1 seulement.

0409 CASA Fleurs et potager
Photo courtoisie

Il existe également du polycarbonate à double ou à triple paroi, aussi appelé polycarbonate alvéolaire, offrant un meilleur pouvoir isolant. Par exemple, un polycarbonate double paroi de 10 mm d’épaisseur possède une résistance thermique de R2, tout en laissant passer un peu plus de 75 % de la lumière du soleil. Les panneaux en polycarbonate double permettent de conserver environ 40 % de plus de chaleur que le polycarbonate à paroi simple. En outre, le polycarbonate double réduit les phénomènes de brûlures dues aux périodes de fort ensoleillement en stoppant la quasi-totalité des rayons UV.

Verre 

Probablement l’une des matières les plus transparentes qui soient, le verre est le matériau le plus approprié pour la construction de serres, mais il est aussi le plus dispendieux. Comme il est lourd et fragile, il est également préférable de confier son installation à des professionnels. Le verre laisse pénétrer 90 % de la lumière du soleil tout en empêchant une grande partie des rayons UV de passer.

Le verre possède en outre un faible pouvoir isolant. Voilà pourquoi il est préférable d’opter pour un vitrage énergétique double ou triple, dont les interstices sont remplis avec de l’argon, un gaz inerte. Par exemple, un triple vitrage scellé avec de l’argon et recouvert d’une pellicule à faible émissivité possède une résistance thermique de R6,5. De plus, le verre trempé est celui qui est le plus solide, réduisant les risques de bris. Lorsqu’il est cassé, il se fragmente en petits morceaux peu coupants.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.