/world/europe
Navigation

Présidentielle en France: l’extrême droite fait une percée

Marine Le Pen est arrivée deuxième dimanche derrière le président sortant Emmanuel Macron

Coup d'oeil sur cet article

La France pourrait se retrouver avec un premier président de l’extrême droite élu à la tête du pays puisque les Français n’ont jamais été aussi nombreux à voter pour ce mouvement, constatent des experts. 

• À lire aussi - Premier tour de la présidentielle française: suivez les développements

Dimanche, le président sortant Emmanuel Macron est arrivé en tête, ayant récolté entre 28,6 % et 29,7 % des votes. La dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen arrive deuxième avec 23,5 % à 24,7 % du scrutin, selon les estimations. Macron et Le Pen passent donc au second tour de la présidentielle. 

Marine Le Pen
Photo AFP
Marine Le Pen

Tous les autres candidats sont disqualifiés, dont le chef de la gauche Jean-Luc Mélenchon, qui a pour sa part eu entre 19,8 % et 21,5 % des votes. Même chose pour l’autre candidat de l’extrême droite, Éric Zemmour, qui a seulement remporté 7 % des voix.

Éric Zemmour
Photo AFP
Éric Zemmour

« En voyant les résultats de Le Pen et Zemmour, on voit que jamais l’extrême droite n’a été aussi forte en France. Et ça, pour la gauche ou le centre, c’est assez inquiétant », commente Jean-Pierre Beaud, professeur titulaire au Département de science politique à l’UQAM. 

Constat similaire pour Frédérick Guillaume Dufour, professeur au Département de sociologie de l’UQAM, expert dans le populisme de droite. 

« C’est frappant quand on voit les résultats du premier tour qu’il y a une montée de la droite sans précédent. On assiste aussi à l’effondrement des vieux partis socialistes et sociodémocrates », analyse M. Dufour. 

Convaincre les « blasés » 

Selon les deux spécialistes, le principal défi de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron sera de convaincre les électeurs de Jean-Luc Mélenchon de voter pour eux au second tour du 24 avril. 

Emmanuel Macron
Photo AFP
Emmanuel Macron

« Si Macron veut remporter, il faut qu’il parvienne à faire sortir les blasés. Beaucoup d’électeurs qui votent à gauche pour Mélenchon votent au premier, mais pas au second. Toutefois, Mélenchon a été clair aujourd’hui. Il a invité ses partisans à voter pour Macron », explique Frédérick Guillaume Dufour. 

Pour le professeur Beaud, Marine Le Pen a toutefois de bonnes chances de convaincre les électeurs de Mélenchon de voter pour elle. 

« Les deux ont une base électorale de classes populaires et d’ouvriers. On sait que le plus grand parti de ces gens est le Rassemblement National. Mélenchon et Le Pen ont un peu les mêmes couches d’électeurs et une partie d’entre elles sera tentée de voter pour Marine », analyse-t-il.

Rien n’est gagné 

Mme Le Pen, qui avait été défaite par Emmanuel Macron en 2017, n’a jamais semblé aussi proche de la victoire. Selon les sondages réalisés avant l’élection, elle serait perdante de très peu, dans la marge d’erreur. 

Un triomphe de sa part pourrait avoir d’importantes conséquences internationales, en raison de ses positions hostiles à l’intégration européenne et sur l’immigration. 

« Mais rien n’est gagné pour le moment », insistent Jean-Pierre Beaud et Frédérick Guillaume Dufour, notant que sa victoire aurait peu de conséquences à court terme sur le Québec. 

Son élection créerait une double première en France : première accession au pouvoir par les urnes de l’extrême droite et première femme présidente.

– Avec l’AFP

Emmanuel Macron  

Photo AFP

◆ Emmanuel Macron est le président sortant de la France. 

◆ Adoré ou détesté, il est reconnu comme un président à la fois séducteur et cassant, voire brutal. 

◆ Son mandat, marqué par la pandémie, s’achève dans le fracas de la guerre en Ukraine, qui a totalement relégué la campagne présidentielle française à l’arrière-plan.

◆ Plus jeune président que la France ait jamais eu, l’ancien ministre de l’Économie a été propulsé au sommet en 2017 à seulement 39 ans.

◆ Il s’est servi avec brio de son image ni de droite ni de gauche, mais au centre, et en surfant sur l’effacement des partis traditionnels.

Marine Le Pen  

Photo AFP

◆ Largement battue en 2017 par Emmanuel Macron, Marine Le Pen réussit à banaliser l’extrême droite.

◆ Elle est la fille de Jean-Marie Le Pen, une figure importante de l’extrême droite française, qui a parfois nui à sa réputation. 

◆ Sur les plateaux, la candidate, au caractère ombrageux, ne s’énerve plus des piques des journalistes. Elle encaisse poliment. 

◆ Avocate de formation, elle insiste sur l’économie, afin de séduire les « perdants » de la mondialisation. 

◆ Pour la présidentielle de 2022, elle fait campagne sur le pouvoir d’achat, préoccupation numéro un des Français. 

◆ Parmi ses mesures controversées, Le Pen compte faire de l’Europe une « Europe des nations libres » et lutter contre l’immigration. 

Des Français à Montréal réagissent  

« L’égalité femmes-hommes, c’est super important : l’allongement du congé de paternité, la procréation médicalement assistée pour tous, c’est quelque chose de vraiment important pour moi. [Macron] en a vraiment fait une cause importante de son quinquennat »

– Chloé Jorand, 20 ans

« Un peu déçu pour Jean Lassalle parce qu’on pensait vraiment qu’il ferait plus de 5 % au moins. [..] Après, quand même rassuré que ce soit Macron pour barrer les extrêmes au deuxième tour »

– Quentin Del Papa, 28 ans

« Je vois mon pays se dégrader d’année en année, perdre son influence dans le monde [...], donc pour moi c’était important de soutenir le candidat patriote »

– Stéphane Minson, supporteur d’Éric Zemmour

« Je ne sais pas encore pour qui je vais voter parce que je ne suis pas satisfaite de ce que Macron a fait, mais en même temps Le Pen n’est pas tolérante »

– Morgane Le Guilche, 19 ans

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.