/lifestyle/books
Navigation

Une vraie comédie noire

L’enfant qui voulait disparaître
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un livre qui se lit avec le sourire, même s’il parle du racisme et de la violence dont les Noirs sont victimes aux États-Unis.  

Avec ce roman qui a remporté en 2021 le National Book Award, on a droit à une histoire sortant totalement de l’ordinaire. À tel point qu’elle risque d’en désarçonner plus d’un ! Alors d’abord, un petit mot sur le narrateur : il est écrivain et afin d’assurer la promotion de son livre – qui, en passant, s’intitule lui aussi L’enfant qui voulait disparaître –, il effectue une tournée à travers les États-Unis. C’est donc dans la salle à manger d’un hôtel du fin fond du Midwest qu’il apercevra pour la première fois ce gamin d’une dizaine d’années à la peau si foncée que le mot « noir » suffit à peine à en décrire la teinte.  

Plus sombre que l’ébène

Ce qu’on a beaucoup apprécié, c’est la généreuse part d’humour qu’il y a dans ce roman. Certaines scènes sont même carrément vaudevillesques. Et puis, raconté en parallèle, il y a le touchant parcours de Charbon, un enfant originaire de la Caroline qui a trop souvent été victime de harcèlement et d’intimidation en raison de sa couleur de peau. Pourtant, dès son plus jeune âge, ses parents avaient tout fait pour lui apprendre à devenir transparent. Car selon eux, être invisible serait l’un des rares moyens de survivre et de se sentir en sécurité parmi les Blancs. En effet, comment s’en prendre à quelqu’un lorsqu’on ne le voit pas ? 

Une comédie douce-amère qui dénonce de brillante façon le racisme endémique chez nos voisins du Sud.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE  

La bibliothèque de minuit

L’enfant qui voulait disparaître
Photo courtoisie

Nora Seed, l’héroïne de ce roman, ne va pas très fort. Un euphémisme, puisqu’elle songe carrément au suicide. À 35 ans, elle ne voit plus vraiment ce qui la retient encore sur terre. Mais avant de partir pour de bon, elle se retrouvera dans une bibliothèque assez spéciale : tous les livres qui l’entourent racontent les vies qu’elle aurait pu avoir. Une belle histoire.

Douve

L’enfant qui voulait disparaître
Photo courtoisie

Douve est un petit village perdu au milieu de nulle part où il ne reste plus beaucoup d’habitants. Une chance, parce qu’ils sont tous un peu bizarres. Et lorsque l’un d’eux sera assassiné, l’inspecteur Hugo Boloren ne pourra résister à la tentation de se rendre sur place. Pour enquêter, mais aussi pour découvrir sa propre histoire, ses parents ayant déjà séjourné dans ce bled juste avant sa naissance. Ambiance glauque et mystères au rendez-vous !

150 anecdotes macabres pour mettre l’ambiance en soirée

L’enfant qui voulait disparaître
Photo courtoisie

Pour en apprendre des vertes et des pas mûres, il n’y a qu’à feuilleter ce petit ouvrage qui est rempli de surprenantes anecdotes. On a entre autres été estomaqué de découvrir la raison pour laquelle il restait si peu de momies dans les musées. Entre le XVIe et le début du XXe siècle, elles auraient été mangées en raison de leurs prétendues vertus médicinales. Oui, yark et reyark ! 

Petits plats végétariens

L’enfant qui voulait disparaître
Photo courtoisie

Offert à prix vraiment très doux, ce livre regorge de bonnes idées pour nous inciter à cuisiner végé plus souvent... ou en tout temps ! Des boulettes de risotto au curry de pommes de terre en passant par le tian de légumes, le dhal de lentilles corail ou la salade de haricots aux croûtons, on a donc maintenant 100 raisons de plus de se régaler santé !

Frissons garantis  

L’enfant qui voulait disparaître
Photo courtoisie

L’étudiant

L’écrivain français Vincent Hauuy nous offre ici un page turner franchement déstabilisant. Au départ, toutefois, tout nous paraîtra assez simple : atteinte d’un cancer, la cheffe étoilée Agathe Lessard n’a plus la force de tenir son restaurant et pour rembourser les dettes qui s’accumulent, son fils David a emprunté une forte somme à la mafia. Laquelle voudra évidemment elle aussi être remboursée alors que David, musicien de son état, n’a pas les moyens de le faire. Mais par une chance incroyable, un richissime inconnu viendra le trouver pour lui demander d’enseigner la musique à un petit surdoué de 11 ans. À 500 euros de l’heure, David acceptera tout de suite.

Danger ! Danger !

Le gamin, qui s’appelle Maxime, habite avec son père dans un immense chalet de montagne auquel on ne peut accéder qu’en téléphérique ou en hélicoptère. En découvrant l’endroit, David songera tout de suite à l’Overlook Hotel, dans Shining. Ce qui ne sera finalement pas si éloigné que ça de la vérité, car il aura rapidement la très nette intuition qu’il s’y passe de drôles de choses. Même Maxime se comporte de façon bizarre et plus David apprendra à le connaître, plus il sentira monter en lui un puissant malaise. Qui sera contagieux, puisqu’on finira nous aussi par le ressentir. 

Le dénouement est un peu funambulesque, c’est vrai. Mais le plaisir de lecture sera tout de même là d’un bout à l’autre ! 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.