/sports/fighting
Navigation

Le combat le plus important de la carrière de Clavel

Le combat le plus important de la carrière de Clavel
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Kim Clavel est finalement aux portes du plus grand moment de sa carrière de boxeuse. Après deux reports, elle pourra finalement monter dans le ring contre la Mexicaine Yesenia Gomez, le 21 avril, dans le cadre d’un combat de championnat du monde au Cabaret du Casino de Montréal.

«C’est sûr que c’est un combat qui est hyper important. C’est le combat le plus important de ma carrière jusqu’à maintenant», a d’ailleurs lancé la Québécoise, jointe au bout du fil, jeudi. 

Clavel (15-0-0, 3 K.-O.) a même brassé sa soupe lors de son dernier camp d’entraînement. En compagnie de son entraîneuse Danielle Bouchard, elle s’est envolée vers la République dominicaine, non pas pour profiter des plages et du soleil, mais pour s’entraîner différemment.

«On voulait travailler certains aspects de sa préparation physique dans le sable, de changer les surfaces, le climat, l’environnement, de dire Bouchard. D’avoir investi dans cette préparation-là, de cette façon-là, je suis certaine que ce sera payant [le 21 avril].»

«Je me sens au sommet de ma forme», a avoué la protégée du Groupe Yvon Michel (GYM).

«On est dans des conditions gagnantes, il reste juste à livrer la marchandise, et ça, c’est moi qui dois le faire, personne ne peut le faire à ma place.»

Une adversaire à respecter

Si Clavel s’est aisément débarrassée de Mariela Ribera Valverde à son plus récent combat, en mars, elle sait que les choses seront différentes avec Gomez (19-5-3, 6 K.-O.).

«C’est sûr que ça va être un gros combat. Ce ne sera pas une balade dans le parc, ça ne sera pas facile, a mentionné l’athlète de 31 ans. C’est une très bonne boxeuse. Il faut que tout soit là, le mental, le physique, le courage.»

Clavel et son entraîneuse prennent tellement ce combat au sérieux qu’elles avaient même mis le cap sur le Mexique en octobre dernier pour observer Gomez en personne.

«On sait que ce ne sera pas un combat facile. Yesenia Gomez a plus d’expérience, elle s’est battue à six reprises en combat de championnat du monde, a indiqué l’entraîneuse. Elle est championne depuis 2018, donc elle en a vu de toutes les couleurs. On est confiantes, on sait ce qu’on a à faire, mais on sait que ce ne sera pas facile, que Kim va devoir travailler, puiser dans tout son bagage, dans tous ses outils.»

«C’est une fille qui est courageuse, qui a beaucoup de cœur, de dire la pugiliste, au sujet de sa prochaine rivale. C’est une fille qui n’a pas peur de recevoir des coups de poing, elle va avancer, elle va être présente. Elle donne un bon spectacle. Je vais en avoir pour mon argent. Ça va être des rounds qui vont être quelques fois serrés, j’ai l’impression, mais avec ma vitesse et notre stratégie, on va être capable d’aller chercher ce combat-là.»

La troisième fois est la bonne

Clavel a dû prendre son mal en patience non pas une, mais deux fois, elle dont le duel contre Gomez, initialement prévu en décembre, avait d’abord été repoussé au mois de mars en raison d’une blessure à la Québécoise, puis de nouveau, cette fois par le camp de la championne des mi-mouches de la World Boxing Council (WBC).

Clavel a profité de la situation pour améliorer plusieurs facettes de sa boxe et confirmer son statut d’aspirante obligatoire.

«Je me sens vraiment bien. Dans la vie, il n’y a rien qui n’arrive pour rien. C’était dû pour arriver le 21 avril. Ça m’a juste donné plus de temps, de dire Clavel. J’ai eu des acquis que je n’aurais probablement pas eus en décembre, alors ça m’a permis d’être encore plus confiante, d’être plus sûre de mes outils et d’être en meilleure condition physique.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.