/lifestyle/home
Navigation

Des élèves plus calmes et intelligents grâce aux plantes

0416 CASA Fleurs et potager
Photo courtoisie Le contact avec les plantes et la terre est hautement bénéfique pour les enfants.

Coup d'oeil sur cet article

Nous assistons présentement en Amérique du Nord à un phénomène tout à fait réjouissant, alors qu’on remplace l’asphalte des cours d’école par de la terre et des plantes. Grâce à l’implication d’élèves, de parents, de professeurs et d’équipes de direction, certaines cours d’école sont transformées en de véritables jardins et potagers où il fait bon apprendre, se détendre et jouer.

• À lire aussi: Un potager sous serre ça vous tente?

• À lire aussi: Cultivez des légumes dès le mois d'avril!

• À lire aussi: Mucho piquante !!!

Les effets bénéfiques des plantes sont multiples. De nombreuses raisons permettent d’affirmer que la présence de plusieurs végétaux dans une cour d’école est particulièrement bénéfique pour les élèves et leurs professeurs. En effet, en plus de fournir de l’oxygène, les plantes dépolluent l’atmosphère et améliorent la qualité de l’air. Par exemple, un arbre mature peut soutirer à lui seul plus de 7000 particules de poussière d’un litre d’air.

Les plantes permettent également de lutter contre les îlots de chaleur urbains. Ainsi, selon certaines études, lorsque le bitume d’une cour d’école est ombragé par des arbres, il ne s’échauffe pas autant, ce qui augmente sa longévité et diminue les coûts pour l’entretenir.

J’ai eu le bonheur d’accompagner quelques professeurs et parents ainsi que les élèves de l’école Saint-Clément Est, située à Mont-Royal, lors de la création d’un joli potager urbain constitué de certains vieux éléments du mobilier de classe.
Photo courtoisie
J’ai eu le bonheur d’accompagner quelques professeurs et parents ainsi que les élèves de l’école Saint-Clément Est, située à Mont-Royal, lors de la création d’un joli potager urbain constitué de certains vieux éléments du mobilier de classe.

Des scientifiques australiens ont découvert que la présence de plantes dans les classes permet aux étudiants d’avoir de meilleures notes lors d’examens que ceux qui ne sont pas en contact avec des végétaux. Fait intéressant, on a pu constater qu’un seul des groupes n’ayant pas de plantes en classe a mieux performé que les autres. Les chercheurs se sont rendu compte que ces enfants suivaient une formation sur le jardinage avec leur professeur au moment de l’étude.

Moins de stress

De plus, les plantes rendent les humains plus respectueux. Des études scientifiques menées dans certaines grandes villes des États-Unis ont démontré que les quartiers végétalisés connaissent une diminution de la criminalité et une augmentation du sentiment de respect. Cela est particulièrement vrai lorsque les enfants s’impliquent dans la plantation des végétaux qui composent l’aménagement paysager de leur cour d’école. Ils ont ainsi un plus grand sentiment d’appartenance à l’institution qu’ils fréquentent et se sentent responsables des plantes qu’ils ont mises en terre.

La cour de l’école Nouvelle-Querbes, située dans l’arrondissement Outremont, à Montréal, est assurément l’un des exemples de végétalisation les mieux réussis. Les zones paysagées sont bien démarquées des aires de jeux avec des pierres et des petites clôtures en bois. Des sentiers ont été aménagés dans les plantations afin de permettre un contact direct entre les plantes et les enfants.
Photo courtoisie
La cour de l’école Nouvelle-Querbes, située dans l’arrondissement Outremont, à Montréal, est assurément l’un des exemples de végétalisation les mieux réussis. Les zones paysagées sont bien démarquées des aires de jeux avec des pierres et des petites clôtures en bois. Des sentiers ont été aménagés dans les plantations afin de permettre un contact direct entre les plantes et les enfants.

Les végétaux réduisent également l’état de stress des humains. Selon une étude scientifique menée il y a plusieurs années par le docteur Roger S. Ulrich, des étudiants de niveau collégial soumis au stress des examens éprouvaient des sentiments positifs accrus et une baisse de leur niveau de crainte et d’angoisse lorsqu’ils pouvaient observer des végétaux. Plus récemment, d’autres scientifiques ont aussi démontré par leurs recherches que les végétaux dans un milieu scolaire ou de travail réduisent le niveau de stress. On a constaté que lorsque des végétaux ornent un espace intérieur, la tension artérielle systolique des gens qui y gravitent diminue de une à quatre unités.

Aline Boisjoly, professeure au Collège Sainte-Anne, a grandement contribué à développer l’amour et le respect des plantes chez ses élèves grâce à des ateliers horticoles et diverses interventions végétalisées fort originales.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Aline Boisjoly, professeure au Collège Sainte-Anne, a grandement contribué à développer l’amour et le respect des plantes chez ses élèves grâce à des ateliers horticoles et diverses interventions végétalisées fort originales.

Des études scientifiques conduites au Japon en 2002 et 2004 ont analysé les effets des plantes sur l’accomplissement des tâches et sur l’humeur d’étudiants de premier cycle. Les étudiants accomplissaient une tâche d’association ou une tâche de tri dans des salles comprenant ou non des plantes. Les résultats de l’étude révèlent que l’efficacité d’accomplissement des tâches par les étudiants dans les salles où des plantes sont situées est supérieure à celle des étudiants qui travaillent sans plantes. 

Renaturer les écoles avec Le Semoir 

L’équipe du Semoir a créé le Verger de l’Évolution, situé à Sainte-Louise dans la région du Bas-du-Fleuve, où, chaque année, des citoyens – dont de nombreux enfants – participent à des camps durant lesquels ils apprennent à cultiver diverses plantes potagères et fruitières.
Photo courtoisie, Albert Mondor
L’équipe du Semoir a créé le Verger de l’Évolution, situé à Sainte-Louise dans la région du Bas-du-Fleuve, où, chaque année, des citoyens – dont de nombreux enfants – participent à des camps durant lesquels ils apprennent à cultiver diverses plantes potagères et fruitières.

Avec 85 % des Canadiens vivant en milieu urbain, plusieurs enfants semblent souffrir d’un manque de contact avec la nature. Ainsi, l’organisme Le Semoir a pour objectif d’aider à créer des écoles plus vertes, plus propices à un rapprochement des enfants avec la nature.

Le Semoir présente un répertoire d’ateliers destinés aux jeunes dans un contexte d’apprentissage. Cet organisme propose également un service d’aménagement de classes extérieures servant à favoriser la pédagogie en plein air. Les thématiques des ateliers proposés par Le Semoir portent entre autres sur l’écologie, l’environnement, l’agriculture urbaine et l’alimentation.


Pour en savoir plus sur cet organisme, rendez-vous à l’adresse lesemoir.org.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.