/sports/hockey
Navigation

La planche à Bossy

Il utilisait tous les moyens pour développer sa précision

Mike Bossy et Jean-Claude Grenier
Photo courtoisie Jean-Claude Grenier en compagnie de Mike Bossy lors d’un entraînement des Islanders au Centre sportif de Saint-Vincent-de-Paul, à Laval.

Coup d'oeil sur cet article

Nous sommes des centaines à partager des souvenirs de Mike Bossy en cette triste journée. Aujourd’hui pupitreur à la section des sports du Journal de Montréal et ex-journaliste à Laval, je fouille dans mon coffre de souvenirs.

• À lire aussi: Mike Bossy: l’homme avant la légende

• À lire aussi: Les hommages pleuvent pour Mike Bossy

• À lire aussi: Des photos de Mike Bossy très spéciales pour Martin St-Louis

Adolescent, j’ai eu le privilège de croiser Mike sur une patinoire. Ensuite, j’ai suivi sa carrière dans mes fonctions de journaliste à Laval, où il a d’ailleurs eu une influence incommensurable sur des centaines de jeunes hockeyeurs de l’île Jésus par son engagement communautaire.

J’ai patiné sur la même glace que le maigrichon d’Ahuntsic dans des tournois de hockey mineur. Même si les moyens de communication à la fin des années 1960 étaient limités, le nom de Mike Bossy circulait beaucoup. Les entraîneurs des différentes organisations partageaient leurs observations. On parlait d’un jeune prodige frêle à la gâchette rapide qui noircissait les feuilles de pointage dans sa ligue montréalaise et dans les tournois. 

Un exceptionnel

À son jeune âge, Mike se démarquait par la précision de son tir du poignet. La rondelle ne demeurait pas longtemps sur la lame de son bâton. Jeune hockeyeur intelligent, Mike savait canaliser ses énergies. Il se positionnait toujours de manière à être bien en vue pour recevoir la rondelle. Peut-être le premier à avoir son bureau sur la glace ! Nul n’avait besoin d’être prophète ou un grand connaisseur pour dire à cette époque que Mike allait devenir une super vedette.

C’est surtout son passage avec le National de Laval qui meuble mes souvenirs quand je pense à Mike. Il a totalisé 532 points, dont 309 buts en quatre campagnes et des poussières dans la LHJMQ. Et ses réussites ne sont pas le fruit du hasard.

Six heures avant le match

Quelque part durant la saison 1973-1974, je suis de passage à Laval avec l’intention de me rendre au Centre sportif de Saint-Vincent-de-Paul, où le National joue en soirée. Un ami m’informe que Mike arrivait parfois vers 14 h le jour d’un match. Et pourtant, la mise au jeu initiale était à 20 h. 

En pénétrant dans l’auguste amphithéâtre, j’entends un bruit sourd venant de la patinoire. Question d’économiser la facture d’électricité, quelques lumières éclairaient la scène. Vêtu d’un coton ouaté et d’un pantalon de jogging, Mike Bossy prenait des tirs au filet. Pas des tirs du poignet dans une cage déserte. Oh que non ! Mike avait fait préparer un panneau qu’il accrochait au filet. Une planche qui comportait de minces ouvertures s’offrant à lui à partir de l’enclave. Tracées dans différents angles, ces fentes donnaient quelques pouces pour la rondelle.

Un morceau de bois qu’il utilisait sporadiquement à l’abri des regards mêmes de ses coéquipiers et de membres de l’organisation. Il ne voulait pas que sa façon de faire vienne aux oreilles de l’ennemi !

Recherche de la perfection

Patinant, virevoltant, Mike voyait le jeu se dessiner dans sa tête. Dans une fraction de seconde, la précision de son tir envoyait la rondelle dans les cordages sans même qu’elle effleure le bois. Et il répétait l’exercice sans arrêt des dizaines et des dizaines de fois avec un taux de réussite plutôt élevé.

C’était le jeune Bossy en quête d’excellence. Un franc-tireur naturel qui peaufinait son art et soucieux de son développement. 

Si les fantômes qui habitent le Colisée de Laval pouvaient témoigner en ce 16 avril, ils se prosterneraient dans l’enclave où le surdoué du stade s’exécutait. Un exercice qui a pavé sa route vers les immortels du hockey

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.