/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le nettoyage ethnique des chrétiens d’Orient

Old Holy Bible and Crucifix. Concept for religious events
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La fête de Pâques est un moment important pour les pays de tradition chrétienne comme le Canada. Pendant que nous célébrons avec des amis ou en famille, ou à l’église pour ceux qui sont pratiquants, nous oublions que les chrétiens constituent l’un des groupes les plus persécutés dans le monde.  

La situation est particulièrement dramatique dans le lieu de naissance du christianisme, le Moyen-Orient. Tel est le sujet du livre The Vanishing, paru il y a quelques mois et écrit par la journaliste américaine Janine di Giovanni. Cette correspondante de guerre a passé plusieurs années au Moyen-Orient. Elle relate les rencontres qu’elle a faites et les événements qu’elle a couverts. Elle dresse le portrait du nettoyage ethnique que subissent ceux qui ont refusé de se convertir à l’islam et osent encore se réclamer du Christ.

Kidnappé, torturé et assassiné

L’auteure explique par exemple le sort des chrétiens de la bande de Gaza, qui sont les descendants directs des premiers hommes qui ont fait leur la parole de Jésus. Elle relate notamment le sort de la dernière librairie chrétienne de ce territoire. Il s’agissait d’un centre culturel important avec un café internet et des services éducatifs. Un an après l’arrivée au pouvoir du Hamas (un groupe terroriste) en 2007, l’institution est victime de deux attaques à la bombe. Son propriétaire, Rami Ayyad, est ensuite kidnappé, torturé et assassiné. Les coupables n’ont jamais été inquiétés. 

L’auteure a vécu en Irak, sous Saddam Hussein. Nous sommes ici dans une terre aux racines chrétiennes très anciennes. Certains chrétiens prient encore en araméen, la langue de Jésus. 

Les choses ont dégénéré dans les suites de l’invasion américaine de 2003. Les attentats suicides se sont multipliés. Ce fut le cas par exemple en octobre 2010, dans une église de Bagdad. Six terroristes de l’État islamique ont fait irruption lors d’une messe et ont tué 58 personnes. Cette attaque se voulait une réponse à la diatribe d’un pasteur américain qui avait menacé de brûler le coran.

Quand Di Giovanni vivait en Irak, il y avait 1,4 million de chrétiens. Il n’en reste plus que 250 000.

Dénudée et battue en pleine rue

Même dans les pays plus stables, comme l’Égypte, les chrétiens ne sont pas épargnés. Di Giovanni relate l’histoire d’une chrétienne de 70 ans. Celle-ci est dénudée, battue et traînée dans les rues de son village par une foule en colère. Son crime? Son fils aurait fréquenté une musulmane. Les assaillants sont arrêtés, jugés... et trouvés innocents. 

Chez nous, on nous parle constamment de «l’islamophobie» qui gangrènerait notre pays. Trudeau a même organisé un sommet pour en discuter l’été dernier. Avec l’argent de nos impôts, il donne aussi des centaines de milliers de dollars à des groupes islamistes. 

Pendant ce temps-là, l’ONG Portes ouvertes Canada se bat contre la persécution des chrétiens d’Orient et d’ailleurs. Que fait Trudeau pour les aider? Absolument rien. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.