/entertainment/music
Navigation

Emo anxieuse

Sophia Bel
Photo courtoisie, Will Arcand Sophia Bel a décidé de replonger dans le style musical qu’elle écoutait à l’adolescence.

Coup d'oeil sur cet article

Découverte à La Voix, en 2016, Sophia Bel a fait de la musique trip-hop avant de bifurquer dernièrement vers le emo-pop-punk. Entrevue avec l’artiste qui a décidé d’embrasser pleinement la musique qu’elle écoutait à l’adolescence avec l’album Anxious Avoidant.

• À lire aussi: Ariane Moffatt et la relève

L’album emprunte le style emo-pop-punk qui était très populaire au début des années 2000. Pourquoi as-tu décidé d’aller vers ce genre ?

« La pandémie a été un temps d’introspection. J’ai beaucoup replongé dans mon passé. Parce que pour grandir et devenir plus conscient de soi-même, il faut comprendre d’où on vient. C’était juste naturel pour moi de revenir à mon workflow (flux de travail) de quand j’étais ado et que j’apprenais à écrire des chansons avec une guitare et un morceau de papier. »

Quels groupes emo-pop-punk écoutais-tu à l’adolescence ? 

« Fall Out Boy était mon groupe préféré. Sinon, j’écoutais beaucoup d’Avril Lavigne et aussi Panic ! at the Disco. Mon frère, lui, écoutait Blink 182 et Good Charlotte. »

Il y a quelques années, tu faisais de la musique de style trip-hop, de quelle façon en es-tu arrivée à changer de genre musical ?

« Je me suis mise à réécouter du Blink 182. J’étais en studio avec [le producteur] CRi et il m’a prêté sa guitare pendant que j’écrivais You're Not Real You're Just a Ghost. Ça faisait des années que je n’avais pas joué de guitare. On a enregistré ça et CRi a fait une boucle et ajouté un beat qui était plus up tempo et alternatif. [...] J’avais comme en tête une sonorité un peu à la Blink. J’ai voulu faire quelque chose un peu plus ludique, avec beaucoup d’énergie. Ce moment-là a planté une graine. Ç’a ravivé la emo qui était en moi. [rires] »

En écoutant Anxious Avoidant, on a de la misère à se souvenir que tu as participé à La Voix en 2016. Quels souvenirs gardes-tu de cette expérience ?

« La Voix m’a appris des choses sur mes valeurs et mes buts. J’ai eu un petit 15 secondes de gloire parce que, dans le fond, je voulais de l’attention, de la validation. Je pensais que je me sentirais cool et acceptée de passer à la télé devant des millions de personnes. Mais ça n’a pas été le cas. [...] J’ai de la gratitude envers cette expérience-là. Je ne veux pas faire la victime en disant ça. Mais ça m’a permis de me recentrer sur ce que je voulais dans la vie et les raisons pourquoi je cherchais à faire les choses. »

Tu es née au Michigan. Aimerais-tu aller faire des concerts aux États-Unis ?

« C’est sûr ! Ma mère est américaine et mon père est québécois. Ils se sont rencontrés en Californie quand ils étudiaient à l’université. Mais on a déménagé à Québec quand je n’avais même pas un an. La moitié de ma famille est américaine et plusieurs vivent en banlieue de Chicago. J’ai la double nationalité. Je n’aurais donc pas à payer de visa en allant jouer là-bas ! »


L’album de Sophia Bel, Anxious Avoidant, est disponible. Elle sera en spectacle à Québec (13 mai, L’Anti), et à Montréal (25 mai, Les Foufounes électriques, et 30 juillet, Osheaga). Pour les infos : facebook.com/sophiabelmusic.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.