/news/currentevents
Navigation

Affaire Ward-Gabriel: la Commission des droits de la personne ferme des dossiers

Coup d'oeil sur cet article

La victoire de Mike Ward dans l’affaire Jérémy Gabriel devant la Cour suprême en octobre a des répercussions sur d’autres plaintes, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) annonçant mardi avoir fermé des dossiers.

• À lire aussi: [VIDÉO] Poursuite en diffamation: Jérémy Gabriel veut régler ça avec Mike Ward autour d’une bière

• À lire aussi: La saga Mike Ward-Jérémy Gabriel en 8 dates

La CDPDJ avait obtenu en cour d’appel du Québec que l’humoriste Mike Ward verse 35 000 $ en dommage à Jérémy Gabriel, dont elle défendait la cause.

La Cour suprême du Canada avait mis un point final à l’affaire le 29 octobre 2021 en faveur de Mike Ward dans une décision serrée de cinq juges contre quatre.

Conséquences

Devant la position du plus haut tribunal au pays, la CDPDJ a indiqué par communiqué devoir « procéder à un recentrage de son traitement des plaintes liées aux propos allégués comme discriminatoires ».

Ce « recentrage » se traduira par la fermeture de certains dossiers relevant de propos pouvant être jugés discriminatoires.

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

« Après une analyse rigoureuse de l’arrêt Ward et de tous les dossiers concernant des situations de propos en traitement à la Commission, plusieurs dossiers qui étaient en cours ou en attente de traitement doivent être fermés », écrit la CDPDJ.

Plus techniquement, « l’arrêt Ward recadre la compétence de la Commission dans les dossiers où la discrimination alléguée découle de propos et se fonde exclusivement sur les articles 4 et 10 de la Charte des droits et libertés de la personne », ajoute la Commission.

À l’avenir

Elle précise que pour faire l’objet d’une plainte, « les propos ciblant un motif de discrimination – tel que l’origine nationale ou ethnique, la langue, l’orientation sexuelle, le handicap ou la religion – doivent également mener à un préjudice au-delà du droit à la dignité de l’individu visé ou inciter d’autres personnes à discriminer sur des motifs similaires [articles 10 à 19 de la Charte]. Ainsi, les cas de discrimination, de profilage ou de harcèlement en matière d’emploi, de logement, de services publics ou d’actes juridiques demeureront recevables ».

Le président de la Commission, Philippe-André Tessier, a tenu à se faire rassurant quant au rôle de la CDPDJ.

« Les propos ciblant des motifs de discrimination tels que la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, l’orientation sexuelle, le handicap ou la religion demeurent à nos yeux inacceptables. La Commission poursuivra sa mission d’assurer la promotion et le respect des principes énoncés dans la Charte, et maintiendra ses efforts pour informer, enquêter et émettre des recommandations dans les dossiers pour lesquels les droits garantis par la Charte sont menacés. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.