/news/society
Navigation

Du transport gratuit pour attirer des ouvriers

Du transport gratuit pour attirer des ouvriers
PHOTO COURTOISIE: Olymel

Coup d'oeil sur cet article

Prendre en main le voyagement des employés peut s’avérer efficace pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre dans des régions où le transport en commun fait défaut.

• À lire aussi: Quatre solutions pour contrer la pénurie de profs

• À lire aussi: Un manque criant de pharmaciens au Québec

C’est le cas en Mauricie où une entreprise et des acteurs du monde agricole ont opté pour cette idée.

L’abattoir ATRAHAN, à Yamachiche, fusionné à Olymel en 2016, offre déjà depuis quelques années un service de transport collectif gratuit à ses employés.

La compagnie propose plusieurs départs aux travailleurs. Deux autobus partent de Trois-Rivières sur une base quotidienne, un de Shawinigan, un de Maskinongé, et même un de Montréal.

Du transport gratuit pour attirer des ouvriers
PHOTO COURTOISIE: Olymel

«Notre objectif était de rendre notre lieu de travail plus attractif et de donner un accès plus facile à une région où il y a peu de transport en commun», explique le responsable des communications corporatives chez Olymel, Richard Vigneault.

Ce service, assuré par l’entreprise DenPell, coûte 75 000$ à Olymel sur une base mensuelle, et une centaine de travailleurs l’utilisent. L’usine de Yamachiche compte actuellement 950 travailleurs.

Selon M. Vigneault, l’entreprise doit consentir à faire ce type d’investissement en période de pénurie de main-d’œuvre.

«Nous avons besoin de travailleurs sur la chaîne de production. De plus, cette approche peut contribuer à un meilleur environnement en faisant en sorte que certains travailleurs ne prennent pas leur véhicule pour se rendre au boulot.»

Sans dire que ce moyen de transport est offert strictement pour pallier la hausse du prix de l’essence, Richard Vigneault reconnaît que les gens qui préfèrent ce type de transport à leur voiture peuvent réaliser des économies.

Du transport gratuit pour attirer des ouvriers
PHOTO COURTOISIE: Olymel

Les travailleurs agricoles ne sont pas en reste. Depuis avril 2021, le Centre d’emploi agricole de la Mauricie a mis sur pied un service de transport par autobus pour les travailleurs agricoles locaux saisonniers qui ne peuvent être hébergés à la ferme.

Le responsable des communications de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles de la Mauricie, Jean-Sébastien Dubé, nous a mentionné que les effets de la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur agricole se font ressentir depuis belle lurette. Par conséquent, il juge primordial d’avoir des méthodes créatives afin de recruter du personnel dont des étudiants qui n’ont pas encore de voiture.

«Un jumelage est effectué entre les producteurs et les travailleurs. L’employeur va faire part de ses besoins tandis que l’employé indiquera à quel moment il est disponible pour travailler. Un producteur peut faire part de ses besoins en termes de main-d’œuvre sur une base hebdomadaire.»

M. Dubé a ajouté que le programme est flexible.

«S’il y a beaucoup de demandes dans un secteur donné, ce n’est pas impossible d’offrir un service de transport d’autobus dans les fermes avoisinantes.»

Le territoire couvert va de Maskinongé à l’ouest jusqu’à Sainte-Anne-de-la-Pérade plus à l’est. L’an dernier, grâce à ce programme, les employeurs ont pu pourvoir 174 quarts de travail. L’an dernier, le service de transport a été offert de la fin mai au mois d’août.

Uniquement les entreprises en production maraîchère, céréalière ou horticole enregistrées au ministère de l’Agriculture sont admissibles et seuls les travailleurs qui effectuent des travaux de récoltes, de désherbage, de dérochage, de semence ou de plantation peuvent bénéficier du service.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.