/misc
Navigation

Le modèle de Hockey Canada est à repenser

Coup d'oeil sur cet article

Le modèle d’affaires de Hockey Canada est aussi dépassé que le téléphone filaire résidentiel. Renaud Lavoie a éveillé les consciences et relancé le débat la semaine dernière, au segment éditorial de la mise en échec de l’émission JiC de TVA Sports. L’excellent chroniqueur Philippe Boucher a répliqué avec vigueur et avec de bons arguments. Le grand Phil est DG des Voltigeurs de Drummondville. C’était de bonne guerre et ça a fait de la bonne TéVé.

Renaud a répertorié la présence de seulement deux joueurs canadiens parmi les 20 meilleurs buteurs de la Ligue nationale. 

En contrepartie, 10 Américains se trouvent au moment d’écrire ces lignes sur ce palmarès.

Le Canada est écrasé dans la colonne des buts par les États-Unis de Gary Bettman. Avant les matchs d’hier, les Matthews, Kreider, Connor, DeBrincat, Tkachuk, Guentzel, Gaudreau, Robertson, Terry et Thompson totalisent 410 buts, bons pour une moyenne de 40,1 chacun. 

L’époque où nos voisins du sud piochaient du Sherwood en produisant moins de cinq vrais talents offensifs par saison est révolue. Pourquoi ? Parce que Gary Bettman a convaincu ses gouverneurs américains de construire des arénas, d’initier les jeunes au hockey. D’impliquer les anciens joueurs installés partout aux États-Unis. 

Investissement

Autrement dit d’investir de l’argent. Beaucoup d’argent. Avec le résultat qu’Auston Matthews a appris à scorer des buts dans le désert de l’Arizona. 

Matthews a bénéficié du meilleur staff technique américain lors de son passage dans le programme national de développement U17 et U18.

Ce programme est né de la volonté de fabriquer des vedettes pour la Ligue nationale. Sa plus belle réussite à ce jour est le repêchage de 2019. 

Huit joueurs de l’équipe U18 appelés au premier tour. Sept dans les 15 premiers, dont Cole Caufield par
le Canadien. 

Aucun de ces joueurs ne se trouve encore dans le top 20 des meilleurs buteurs, mais ça ne saurait tarder. 

Y seront-ils au détriment de Connor McDavid et de Matt Duchene, les deux seuls Canadiens restant au palmarès ?

Deux petits Canadiens contre neuf Américains. Pas très étonnant quant aux agglomérations. Mais deux Canadiens contre trois Finlandais ? Il y a 5,2 millions de Finnois contre plus de 38 millions de Canadiens. Et il paraît que c’est notre sport national ? Qu’est-ce qui nous arrive ?

Favoriser les élites

Il faudrait commencer par favoriser l’élitisme. Financièrement, c’est le cas depuis longtemps. Le hockey n’est plus le sport des pauvres de ma jeunesse. 

C’est un sport réservé aux élites bien nanties. 

Rendus là, favorisons les meilleurs talents dans des programmes nationaux de développement.

Une équipe U17 et une autre U18 pour chacune des trois ligues juniors canadiennes. 

Avec un calendrier axé sur le développement, donc sur un maximum de 50 matchs, plus le Championnat mondial junior pour les meilleurs du groupe. 

Une vraie révolution avec ce qu’elle comporte de mauvais côtés. Comment nos équipes juniors pourront-elles survivre si on leur enlève les Lecavalier, Crosby et Lafrenière de demain ? La réponse se trouve dans les poches et la volonté des formidables et dévoués actionnaires de ces équipes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.