/news/currentevents
Navigation

Un prof qui touchait ses élèves écope de 47 mois

Il assoyait des fillettes sur ses cuisses en classe pour commettre des attouchements

Marc-Olivier Perreault
Photo Erika Aubin L’ex-enseignant Marc-Olivier Perreault, 30 ans, lors de son passage à la cour, mardi, au palais de justice de Joliette, peu de temps avant de prendre le chemin du pénitencier avec quelques effets personnels.

Coup d'oeil sur cet article

Un enseignant qui collectionnait des milliers de fichiers de pornographie juvénile, en plus de s’être livré à des attouchements sur huit élèves d’une école primaire de Lanaudière, a écopé mardi de 47 mois de détention.

• À lire aussi: Un ex-enseignant du primaire coupable d’attouchements

«Les faits sont graves, il s’agit d’une personne en situation d’autorité [...] Il avait un lien particulier avec ses victimes et sa position de professeur lui a permis le passage à l’acte», a déploré Me Kahina Rougeau Daoud, procureure de la Couronne. 

Marc-Olivier Perreault, ex-enseignant dans une classe de deuxième et troisième année du primaire, assoyait des élèves sur ses genoux, leur massait les pieds ou encore leur flattait les cuisses.

L’homme âgé de 30 ans en profitait parfois pour glisser ses mains près des parties génitales des fillettes. 

Le nom de l’école n’est pas mentionné afin de préserver l’anonymat des victimes, âgées de sept à neuf ans au moment des faits, en 2019.

En novembre, la directrice l’avait d’ailleurs rencontré pour l’aviser de ne plus réchauffer les pieds d’élèves qui revenaient de l’extérieur. 

Rencontré par la direction

Mise au courant de ce que certains collègues avaient vu, la direction l’avait convoqué à nouveau dans son bureau en janvier 2020 pour lui demander d’arrêter d’asseoir des élèves sur ses genoux, de toujours laisser sa porte ouverte et de ne plus être en présence d’enfants en dehors des heures de classe.  

À peine quelques semaines plus tard, Perreault se faisait passer les menottes. 

Lors d’une perquisition à son domicile à Saint-Charles-Borromée, les policiers ont retrouvé plus de 5000 fichiers de pornographie juvénile dans son ordinateur, dont certains montrant des pratiques de fétichisme de pieds. 

En interrogatoire, il a admis en consommer depuis l’adolescence. 

Le prof déchu avait plaidé coupable aux accusations de contacts sexuels sur huit mineures, en juillet dernier, au palais de justice de Joliette. 

Mardi, le juge Bruno Leclerc a entériné la suggestion commune de la Couronne et de l’avocat de la défense, Me Nicolas Lemelin, de presque quatre ans de pénitencier. 

Séquelles chez les fillettes

«Après la rentrée scolaire, des maux de ventre sont apparus [chez mon enfant] avec beaucoup de larmes quand c’est le moment d’aller à l’école. [...] La confiance envers l’adulte est plus difficile», a écrit la mère d’une des victimes, dans une lettre lue au tribunal. 

Un autre parent a rapporté des changements dans le comportement de sa fille, qui refuse désormais de dormir seule, se réveille la nuit et tient des propos à caractère sexuel «qu’un enfant de huit ans ne devrait pas avoir».

Et lorsqu’elle est en contact avec des personnes en situation d’autorité, la fillette ne se sent pas bien.

Ayant reçu un diagnostic de trouble de pédophilie après une évaluation sexologique, Marc-Olivier Perreault sera inscrit au registre des délinquants sexuels à vie. Il ne pourra pas occuper un emploi qui le placerait en situation d’autorité pendant 15 ans.

– Avec Christian Plouffe

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.