/finance/business
Navigation

La PME Effenco se place à l’abri de ses créanciers

La compagnie montréalaise avait pour près de 17,5 millions $ en dette

David Arsenault
Courtoisie Le commissaire à la Ville de New York, Rocco DiRicco, et le président d’Effenco, David Arsenault, devant un camion équipé du système électrique de l’entreprise.

Coup d'oeil sur cet article

Effenco, dont la technologie pour les camions lourds a été déployée, entre autres, en Europe et à New York, tire sur la prise. La PME vient de se placer à l’abri de ses créanciers, et Investissement Québec pourrait laisser sur la table environ 10,3 millions $ dans ce dossier.

• À lire aussi: Une grosse commande pour Effenco en France

Le 6 avril, Effenco s’est placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Parmi la centaine de créanciers, on retrouve notamment Investissement Québec (IQ) et la Banque de développement du Canada (BDC), qui sont tous deux des actionnaires de la compagnie montréalaise.

L’ensemble des dettes de la PME, qui développait des solutions en électrification permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre des camions lourds, comme des autobus ou des véhicules pour la collecte de matières résiduelles, s’élèveraient à 17,5 millions $. 

La direction n’a pas retourné nos demandes d’entrevue.

La Presse écrivait récemment que tous les employés à Montréal avaient été remerciés à la fin mars et qu’Effenco avait tenté de réaliser une ronde de financement, mais que le secteur privé n’avait pas été au rendez-vous.

En 2020, la compagnie, qui devait être vouée à un avenir prometteur, avait réalisé une ronde de financement de 10 millions $ avec IQ, la BDC, le Centre d’excellence en efficacité énergétique, le président d’Effenco, David Arsenault, et un investisseur privé.

  • Écoutez la chronique de Yves Daoust au micro de Richard Martineau tous les jours en balado ou en direct à 9h15 via l’app QUB et le site qub.ca :

2 M$ via le PACTE

Chez IQ, la direction a indiqué, hier, avoir injecté dans Effenco 2,45 millions $ en 2018 par l’entremise du programme Créativité Québec. 

La moitié de cette somme a depuis été convertie en actions privilégiées. Elle ne se retrouve donc pas dans les documents du syndic MNP, qui est le responsable dans ce dossier pour liquider les actifs de la PME montréalaise.

Le bras financier de l’État a également accordé en 2020 un prêt de 2 millions $ grâce au Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE), et il a injecté 5,92 millions $ via ses fonds propres.

« Il faudra attendre la vente des actifs tangibles et intangibles, dont la propriété intellectuelle, pour savoir combien Investissement Québec pourra récupérer », a souligné dans un courriel la porte-parole Isabelle Fontaine.

BDC Capital est également actionnaire, selon le Registre des entreprises. Effenco a une dette de 5,6 millions $ envers cette division de BDC. 

La compagnie d’ici doit également 3 millions $ à la Banque de Montréal.

Expansion dans les plans

À New York, Effenco était parvenue, ces dernières années, à installer ses technologies dans une flotte de camions du Département d’assainissement. 

En 2018, le premier ministre de l’époque Philippe Couillard et le Secrétaire français Jean-Baptiste Lemoyne (en arrière-plan), annonçaient une entente sur les camions de Derichebourg, en France.
Photo d'archives tirée de Twitter, Effenco
En 2018, le premier ministre de l’époque Philippe Couillard et le Secrétaire français Jean-Baptiste Lemoyne (en arrière-plan), annonçaient une entente sur les camions de Derichebourg, en France.

Lors d’une visite par Le Journal d’un bâtiment du Département situé dans l’arrondissement du Queens, en décembre, le PDG d’Effenco, David Arsenault, avait confié avoir un œil sur d’autres marchés américains pour prendre de l’expansion. La compagnie fondée en 2006 comptait à ce moment 80 salariés.

Effenco a aussi installé sa technologie qui permet de réduire la consommation d’essence lors de l’arrêt d’un véhicule sur des camions à ordures de la firme française Derichebourg, à Montréal.

À l’automne, la direction avait annoncé une nouvelle commande pour une soixantaine de systèmes hybrides pour des camions lourds de la multinationale en France.

Effenco a eu des bureaux à Montréal, à Los Angeles, en France et en Norvège.  

Effenco  

◆ Fondée en 2006

◆ Siège social : Montréal

◆ Environ 80 salariés en décembre

17,5 millions $ de dettes

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.