/lifestyle/techno
Navigation

Malgré les efforts de TikTok pour réduire la propagande russe, le site est dominé par des contenus proguerres

Malgré les efforts de TikTok pour réduire la propagande russe, le site est dominé par des contenus proguerres

Coup d'oeil sur cet article

Au début du mois de mars, TikTok a annoncé l'interdiction des nouveaux téléchargements pour protéger ses utilisateurs russes de la loi russe sur les « fake news », qui fait de la publication de tout ce qui est faux sur l'armée russe en Ukraine un délit passible d'un maximum de 15 ans de prison. 

Russie 10 – 0 Occident

Depuis le 6 mars, le réseau TikTok bloque les nouveaux téléchargements pour rester actif en Russie, alors que Facebook, Twitter et Instagram ont dû fermer leurs serveurs qui alimentaient le pays de Poutine.

Mais un nouveau rapport a révélé que l'interdiction a été appliquée de manière incohérente, que les nouveaux téléchargements de contenu lié à la guerre ont dépassé le contenu antiguerre par dix fois.

Après l'application complète de l'interdiction, la plateforme est donc restée figée dans le temps avec du contenu proguerre, si bien que les abonnés TikTok russes ne sont pas au courant des nouveaux développements.

Concrètement, cela signifie qu'il n'y a aucun contenu sur TikTok en Russie détaillant les massacres de civils par les forces russes à Bucha, Mariupol et d'autres villes ukrainiennes.

Malgré les efforts de TikTok pour réduire la propagande russe, le site est dominé par des contenus proguerres
TikTok

Facile de contourner l’interdiction

Dans l’étude Tracking Exposed Special Report : Content Restrictions on TikTok in Russia following the Ukrainian War, le groupe de défense des droits numériques Tracking Exposed a analysé un échantillon de mots-dièse (hashtags) liés à la guerre sur ce réseau et a examiné le volume de contenu posté entre le 20 février et le 5 avril. Sur la base de cet échantillon, Tracking Exposed estime qu'avant l'annonce de l'interdiction, 42 % du contenu lié à la guerre était antiguerre, tandis que 58 % étaient proguerres. Après l'interdiction, une proportion écrasante de 93,5 % du contenu était proguerre, contre seulement 6,5 %. 

Tracking Exposed a trouvé deux failles dans l'interdiction de publier du contenu sur TikTok : l'une était la mauvaise mise en œuvre, et l'autre la possibilité de télécharger par la version web de TikTok.

Des étiquettes pour identifier les messages de propagande

TikTok indique qu'il a désormais ajouté des étiquettes pour identifier le contenu de 49 comptes de médias contrôlés par l'État russe. Ces étiquettes apparaissent sous forme de boîtes grises discrètes et semi-translucides en bas de l'écran et ne sont pas visibles depuis les pages de compte sur l'application mobile. Mais malgré les étiquettes qui les identifient comme des « médias contrôlés par l'État russe », certains de ces comptes continuent de publier de nombreux nouveaux contenus.

Le groupe a constaté qu'à partir du 25 mars, les nouveaux téléchargements en Russie n'étaient plus possibles et que le contenu provenant de l'extérieur de la Russie était désormais totalement interdit, laissant ainsi le contenu proguerre dominer sur la populaire plateforme de musique vidéo. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.