/opinion/blogs/columnists
Navigation

Poutine est fini, mais Macron et Le Pen l’ignorent

Poutine est fini, mais Macron et Le Pen l’ignorent
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Hier, au débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les deux candidats semblaient à peu près d’accord sur la Russie. Oui, l’attaque contre l’Ukraine est condamnable, mais, après la guerre, il faudra travailler avec la Russie. 

Certes, mais avec quelle Russie? Celle de l’après-Poutine ou celle avec Poutine? 

Curieusement, les deux candidats ont refusé de condamner Vladimir Poutine. 

Comme s’il était possible, après cette guerre d’annexion atroce, de reprendre les relations avec la Russie dictatoriale de Poutine, comme si de rien n’était.

Les deux candidats français et Jean-Luc Mélenchon se trompent lourdement en refusant de condamner Poutine.

Il apparaît de plus en plus clairement que Poutine ne pourra pas conquérir toute l’Ukraine. Il ne pourra probablement pas s’y maintenir non plus. Pour trois raisons. 

D’abord, les Ukrainiens se battent comme des lions. Ensuite, les Ukrainiens reçoivent de plus en plus d’armement de l’extérieur, un armement de meilleure qualité que celui des Russes. Enfin, l’armée russe a étalé sa désorganisation et son manque de préparation.

  • Écoutez aussi l'édito de Loïc Tassé à l'émission de Benoit Dutrizac diffusée chaque jour en direct 10 h 30 via QUB radio :

Pénuries

Si cela n’était pas suffisant, lundi, la directrice de la Banque centrale russe a déclaré devant la Douma que la Russie avait presque épuisé ses réserves d’argent. Les usines commencent à manquer de pièces de rechange. Une pénurie de pièces de fabrication s’installe. L’inflation, qui était de 20% au premier trimestre, devrait bientôt atteindre de nouveaux sommets.

Bref, il semble de plus en plus probable que Poutine se dirige vers une défaite, malgré sa puissante armée.

Dans ces conditions, comment pourrait-il demeurer au pouvoir?

La situation est tellement difficile, pour la Russie, que Joe Biden a pu aujourd’hui s’avancer jusqu’au point de dire que jamais Poutine ne remporterait la guerre en Ukraine. Jusqu’à présent, les prédictions de Biden sur la guerre en Ukraine se sont toutes vérifiées.

Ménager la chèvre et le chou

Mais les dirigeants français n’osent pas prendre position. Ils tentent de ménager la chèvre et le chou.

Pourtant la situation politique est simple et claire. Poutine a imposé une dictature abjecte à son pays et il tente de reconstituer la puissance de la Russie à travers une nouvelle politique d’expansionnisme, en prétextant une menace imaginaire de l’OTAN.

Pour se convaincre de la dérive de Poutine, il suffit d’imaginer ce qu’auraient fait des dirigeants russes démocrates s’ils n’avaient pas été assassinés. La face de l’Europe aurait été changée et celle du monde aussi.

Mais au lieu de prendre une position ferme comme l'aurait probablement fait le général de Gaulle, les dirigeants français hésitent à condamner Poutine.

Pas étonnant que les Français soient ambivalents à l’égard de leurs dirigeants.

Pourtant, Poutine est fini. Et si, par miracle, il s’en tire politiquement, alors c’est lui qui sera demandeur, parce que la Russie devra payer des réparations et qu’elle devra être reconstruite économiquement. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.