/news/education
Navigation

À 4 ans, une fillette est refusée après un test d’admission en maternelle au public

Les parents de la fillette contestent le processus de sélection

Coup d'oeil sur cet article

Une fillette de 4 ans ne pourra fréquenter la même école publique que son grand frère après avoir été refusée au programme d’éducation internationale offert à tous les élèves de cet établissement scolaire. Ses parents jugent la situation «inacceptable». 

• À lire aussi: Examen d’admission en maternelle à l’école publique: Roberge n’est pas favorable, mais n’interviendra pas

• À lire aussi: Des tests d'admission à la maternelle toujours en vigueur au public

Sabrina Ouellet et Louis-Michel Langevin habitent à moins de 200 mètres de l’école Monseigneur-Robert, située dans le secteur de Beauport à Québec.

Leur fils, Benjamin, qui est en deuxième année, s’y rend chaque matin. 

Pour y être admis, tous les élèves de cette école qui offre le programme d’éducation internationale ont dû réussir le processus de sélection, contrairement à d’autres écoles publiques qui offrent la même formation à tous les élèves du quartier.

En décembre, Mme Ouellet accompagne sa fille, Frédérique, à l’école afin qu’elle participe à une «activité de sélection» d’environ une heure, en vue de son admission en maternelle 5 ans l’an prochain.

Photo Stevens Leblanc

Quelques semaines plus tard, la mère apprend que sa fille est refusée en raison de son comportement et de ses résultats en mathématiques. 

 Pour les parents, la surprise est totale. Lors de l’inscription de leur fils, on leur avait indiqué que des places étaient réservées aux frères et sœurs des élèves déjà inscrits.

Et l’enseignante de leur fille – qui est en maternelle 4 ans dans une autre école – n’a que de bons mots pour elle.  

«Ma fille veut aller l’an prochain à la même école que son frère, qui est à l’autre bout de la rue, mais elle ne peut pas. Comment j’explique ça à une enfant de quatre ans, moi?» lance Sabrina Ouellet. 

Photo Stevens Leblanc

Pas seulement pour le quartier

La mère dénonce une procédure «arbitraire», puisque le processus de sélection n’était pas le même pour ses deux enfants, affirme-t-elle.

Une telle «discrimination» n’a pas sa place dans une école primaire publique qui devrait être accessible aux élèves du quartier, ajoute-t-elle. 

Au centre de services scolaire des Premières-Seigneuries, on indique que les places sont accordées en priorité à la fratrie, mais seulement après que les petits frères ou sœurs ont réussi leur test.

Le centre de services scolaire a choisi de rendre ce programme particulier accessible à l’ensemble des élèves du territoire en raison de l’intérêt élevé des parents, explique sa secrétaire générale, Martine Chouinard.

Photo Stevens LeBlanc

Le nombre de demandes pour ce programme est deux fois plus élevé que le nombre de places disponibles. 

«À partir du moment où, comme parent, je fais le choix d’inscrire mon enfant dans un programme particulier, il faut être conscient qu’il est possible qu’un autre enfant de la même famille ne soit pas accepté. Les règles sont très bien expliquées», affirme Mme Chouinard.  

  • Écoutez l'entrevue de Geneviève Pettersen avec Sabrina Ouellet sur QUB radio:    

Situation de plus en plus rare

Les écoles publiques qui font passer des tests d’admission dès la maternelle pour le programme d’éducation internationale sont de plus en plus rares, selon la SÉBIQ, l’organisme qui agrée et soutient les écoles québécoises où cette formation est enseignée. 

À l’origine, le programme d’éducation internationale a été conçu pour être offert à tous les élèves, sans sélection, selon cet organisme. 

Une pratique légale, selon le ministère de l’Éducation  

Les tests d’admission en maternelle dans une école publique de Québec sont conformes à la Loi sur l’instruction publique (LIP), selon le ministère de l’Éducation.

C’est ce qu’on peut lire dans un courriel transmis à Sabrina Ouellet, la mère de la petite Frédérique, après qu’elle eut porté plainte à ce sujet. 

Une école publique qui impose des critères d’admission à tous ses élèves pour un projet pédagogique particulier doit avoir reçu une approbation ministérielle lui permettant d’obtenir le statut d’école à vocation particulière, en vertu de l’article 240 de la LIP.

Une seule structure

Ce n’est pas le cas de l’école Monseigneur-Robert à Beauport.

Toutefois, cet établissement fait partie de l’école de l’Harmonie, une structure administrative qui comprend aussi l’école Saint-Édouard, un autre bâtiment situé à 1,6 kilomètre où le programme régulier est offert. 

De manière générale, il est permis d’offrir un programme particulier sélectif dans une école publique à condition d’y offrir aussi le programme régulier, accessible à tous. 

Sur le plan administratif, le bâtiment Monseigneur-Robert et le bâtiment Saint-Édouard font partie de la même école, celle de l’Harmonie, ce qui rend légal ce genre de pratique, indique le ministère de l’Éducation. 

La petite Frédérique a donc été acceptée à l’école de l’Harmonie, mais dans le programme régulier du pavillon Saint-Édouard.   

  • Écoutez l'entrevue de Geneviève Pettersen avec Égide Royer, psychologue et spécialiste de la réussite scolaire, sur QUB radio:    

«Passe-passe»

Ses parents y voient un «passe-passe» administratif pour rendre conforme une pratique qu’ils remettent en question. 

Ils espèrent mobiliser d’autres familles du secteur afin que cette école redevienne une école de quartier, comme c’était le cas lorsque Louis-Michel Langevin s’y rendait à pied chaque matin, lorsqu’il était petit. 

De son côté, le centre de services scolaire des Premières-Seigneuries rétorque que les parents peuvent décider d’envoyer leurs deux enfants à l’école Saint-Édouard, dans le programme régulier, s’ils tiennent à ce qu’ils fréquentent le même établissement.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.