/investigations/justice
Navigation

Un proche des Hells arrêté hier plaide la légitime défense

Il a envoyé une femme à l’hôpital en 2017, en l’assommant à coups de barre de fer

FD-STUPEFIANTS-ARRESTATIONS
Photo courtoisie Seeyomak Salemi Seifoddine (à gauche sur la photo) a été arrêté hier lors d’une rafle de l’Escouade nationale de répression du crime organisé. Mathieu Bélanger (deuxième à partir de la droite) est quant à lui recherché par la Sûreté du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Un proche des Hells Angels arrêté hier dans une rafle antidrogue plaide avoir agi en légitime défense quand il a asséné deux coups de barre de fer au visage d’une jeune femme lors d’une soirée arrosée.

• À lire aussi: Frappe contre le crime organisé: 8 suspects épinglés, 6 sont recherchés

Seeyomak Salemi Seifoddine se présentera prochainement devant la Cour d’appel du Québec pour tenter de renverser sa précédente condamnation pour voies de fait graves.

« Ce procès démontre une fois de plus le danger et le manque de jugement de jeunes hommes qui jouent au plus brave en état d’ébriété à 3 h du matin », avait résumé le juge Thierry Nadon, à l’hiver 2020. 

Les faits remontent au week-end du Grand Prix de Formule 1 du Canada, en 2017.

Deux jeunes femmes quittaient le pub Sir Winston Churchill de la rue Crescent lorsqu’elles ont été insultées par des hommes qui prenaient place dans un véhicule. Salemi Seifoddine faisait partie du groupe.

Les conjoints de celles-ci, qui suivaient derrière, n’ont pas apprécié les commentaires et la situation s’est vite envenimée. 

La scène a été en partie filmée par des caméras de surveillance. Un des passagers du véhicule est sorti en fouettant sa ceinture, tandis que les deux conjoints se sont munis d’armes trouvées à proximité : une barre de métal et une brique.

Les deux groupes en sont venus aux coups, et deux passagers de la voiture ont été grièvement blessés. Dans une séquence nébuleuse, Seeyomak Salemi Seifoddine aurait réussi à désarmer ceux qui s’en sont pris à ses amis pour se retrouver en possession de la barre de métal.

Talons hauts

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

L’homme de 28 ans à la forte carrure s’est lancé à leur poursuite. Il s’est retrouvé face à face avec l’une des femmes, qui peinait à courir en raison de ses souliers à talons.

La jeune femme de 19 ans a reçu un premier coup au visage, et elle est tombée « comme une poupée de chiffon », a plaidé la Couronne.

Elle a été frappée une seconde fois alors qu’elle était au sol, inconsciente, ce qui a entraîné deux hémorragies cérébrales.

L’avocat de Salemi Seifoddine a fait valoir que son client avait agi en légitime défense, après avoir vu deux de ses amis s’effondrer au sol. 

Le juge Nadon n’était pas de cet avis. 

« Madame [...] n’était pas partie au conflit. [...] Elle était non armée et sans défense lorsqu’elle fut frappée la première fois, tout comme la deuxième fois », a-t-il statué.

Le magistrat l’a condamné à 18 mois de prison, qui n’ont toujours pas été purgés compte tenu des procédures d’appel.

Trafic de drogue

Seeyomak Salemi Seifoddine a été vu à plusieurs reprises avec des membres des Hells Angels dans les dernières années. Il a notamment accompagné le motard Vincent Boulanger à un gala de boxe et lors d’une virée dans un bar de danseuses.

Arrêté le mois dernier, Boulanger a été inculpé de gangstérisme et de trafic de stupéfiants. Salemi Seifoddine a été accusé des mêmes chefs.

Ils sont considérés par les autorités comme des têtes dirigeantes d’un réseau de distribution de cocaïne qui opérerait dans toute la province.

– Avec Maxime Deland, Agence QMI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.