/sports/opinion/columnists
Navigation

Chasser le dindon sauvage: plusieurs points à considérer

Campeau mouchetes
Photo courtoisie Le dindon est un animal complexe et l’interaction avec ce dernier représente tout un défi. Plus vous accumulerez d’expériences, meilleures seront vos chances.

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 21 000 passionnés sillonneront les forêts dès vendredi prochain pour tenter de charmer et de déjouer le roi des gibiers à plumes.

• À lire aussi: Les bonnes façons de déjouer les mouchetées

Les nemrods détenteurs d’une attestation de formation et d’un permis de chasse vendu 38,52 $ pourront se lancer aux trousses des grands gallinacés des zones 3, 11, 12, 13, 15, 26 et 27 du 29 avril au 10 mai 2022. Les adeptes des zones 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10 auront 13 jours de plus pour prélever leurs deux dindons sauvages porteurs d’une barbe. Peu importe le site que vous exploitez, rappelez-vous que le deuxième glouglou que vous chasserez doit obligatoirement provenir des zones 4, 5, 6, 7, 8, 9 ou 10.

En plus d’être guide, Pierre Roy, de Rougemont, est formateur pour la FédéCP depuis près de deux décennies. Il a bien voulu prodiguer de judicieux conseils aux lecteurs du Journal pour les aider à intercepter ces oiseaux colosses.  

Plein de bon sens

Le dindon a une vision exceptionnelle. Il percevra les moindres mouvements à grande distance. Malheureusement pour lui, il n’a aucune mémoire visuelle. Cette faiblesse peut être exploitée par le chasseur, sachant qu’il ne tiendra pas compte d’un changement dans son environnement.

L’ouïe de ces gros gibiers ailés est fortement développée et ils vocalisent sans cesse entre eux. Ils ont une mémoire auditive à vie. Ils sont en mesure de reconnaître un son ou une fréquence qui a semé un doute dans leur esprit. Vous avez donc intérêt à maîtriser les divers appels, avec différents appeaux. Souvenez-vous que dans plusieurs situations, le fait d’arrêter d’appeler trop tôt peut freiner leur progression.

L’odorat de ces gallinacés est plutôt faible, et certains amateurs n’y portent pas attention. Sachez toutefois qu’ils ont des alliés, comme les chevreuils qui vous renifleront à des centaines de mètres aux alentours et qui alerteront les autres résidents de la forêt.

Les préparatifs

Il est essentiel de pratiquer la justesse de vos tirs et de connaître les limites de votre engin de chasse, qu’il s’agisse d’un fusil de calibre 10, 12, 16 ou 20, d’une arme à poudre noire ou moderne, d’un arc ou d’une arbalète.

Préparez votre scène de chasse pour être parfaitement camouflé, et ce, même lors de la levée de l’arme ou lors des appels. L’utilisation d’une tente est recommandée. Vous pouvez l’installer aussi bien en bordure d’une zone de transition qu’en plein bois ou directement dans le champ.  

En prospectant le soir précédant votre activité, vous pourrez localiser des spécimens et l’endroit où ils se perchent, vous pourrez mettre au point une stratégie de chasse matinale et trouver la meilleure façon de positionner vos appelants de la manière la plus réaliste possible.

Sur le terrain

Plusieurs récoltes de dindons se font à la levée du jour, peu de temps après qu’ils sont descendus de leur perchoir. Cela implique que vous devez arriver à la noirceur à votre poste d’affût. Selon M. Roy, l’utilisation d’une lampe de poche ou frontale est votre pire ennemi pour vous faire détecter ou tout au moins pour éveiller quelques soupçons et ainsi les rendre très nerveux.


► Pour en savoir plus, visitez le site lappelduroy.com ou composez le 514 891-0974

► Je vous invite à me suivre sur Facebook.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.