/weekend
Navigation

La timidité racontée aux enfants: se sentir plus à l’aise avec les autres

Emmanuelle Jasmin
Photo courtoisie Emmanuelle Jasmin

Coup d'oeil sur cet article

Votre enfant ressent-il une très grande gêne en présence de personnes qui ne lui sont pas familières ? Est-ce qu’il déteste les exposés oraux et les présentations devant public, ou tout contexte où l’attention est dirigée vers lui ? Rougit-il facilement ? Devient-il maladroit quand quelqu’un l’observe ou l’aborde pour la première fois ? A-t-il tendance à être silencieux en groupe ? Voilà des signes de timidité et Emmanuelle Jasmin, ergothérapeute, propose beaucoup d’astuces futées pour apprendre à la reconnaître et l’accepter dans son nouveau livre, La timidité racontée aux enfants.

À travers l’histoire de la petite Camille, qui a tendance à rentrer dans sa coquille comme un escargot dans certaines situations, Emmanuelle Jasmin raconte ce qu’est la timidité, comment elle se manifeste, comment on se sent lorsqu’on est timide.

Dès qu’une situation la rend mal à l’aise, la petite Camille se replie. Pourtant, c’est une fille qui aime faire le clown pour divertir sa famille et ses amis. Grâce à des cours de théâtre, elle apprendra à apprivoiser cette facette de sa personnalité.

Emmanuelle Jasmin, ergothérapeute, professeure titulaire et directrice du programme d’ergothérapie de l’Université de Sherbrooke, connaît bien la timidité : elle l’éprouve elle-même, dans certaines situations.

« Je me suis inspirée de mon vécu et de mon expérience, mais aussi d’enfants que j’ai côtoyés. Je suis une personne timide, ça fait partie de ma personnalité », dit-elle en entrevue. 

« Enfant, je me rappelle que ça s’est surtout manifesté à l’école, c’est là que je le vivais le plus. Je l’écris dans l’histoire de Camille : dans des situations de classe, de groupe, de présentation de groupe, on se sent mal à l’aise. Il y a un certain inconfort. Ou avec de nouvelles personnes. »

« C’est pas une maladie et ça peut nous arriver à tous, dans certaines situations, dit-elle. Il faut y voir, s’il y a des impacts sur le plan du bien-être ou du fonctionnement de la personne. » 

C’est le cas, par exemple, si la timidité est vraiment persistante, si l’enfant ou la personne s’empêche de faire certaines activités, si on se prive de certaines occasions, si l’enfant a de la difficulté à se faire des amis.

Emmanuelle Jasmin rappelle qu’on est dans une société qui valorise beaucoup l’extraversion. 

« Il y a des personnes qui sont introverties et pas nécessairement timides, et c’est correct aussi ! Je pense qu’il faut quand même promouvoir une diversité de personnalités. Il faut juste faire attention : de dire à la personne qu’elle est timide et lui montrer que c’est un problème, ça ne l’aidera pas, je pense que ça va la rendre juste plus mal à l’aise. »

Une bonne approche 

Quelle serait la meilleure approche, face à un enfant timide, pour dédramatiser la situation et faire en sorte que l’enfant se sente plus à l’aise ? 

« Au niveau du climat de classe, par exemple, on peut s’assurer que les enfants se sentent en confiance, en sécurité, d’avoir des activités où les enfants apprennent à se connaître aussi. Il ne faut pas négliger cet aspect-là du climat : être moins dans la compétition et plus dans la collaboration. Comme adulte, il faut être plus dans l’accueil et valider le ressenti, et normaliser comment on se sent. »

Et les fameuses présentations orales ? 

« Plus on parle de quelque chose qu’on a vécu, qu’on connaît, plus on est à l’aise, c’est aidant, aussi. Parfois, les thèmes des présentations peuvent être imposés et ça peut être encore plus difficile. » 


♦ Emmanuelle Jasmin est ergothérapeute, professeure titulaire et directrice du programme d’ergothérapie à l’École de réadaptation de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke.

♦ Elle détient une maîtrise en science de la réadaptation de l’Université McGill et un doctorat en éducation de l’Université de Sherbrooke.

♦ Elle a exercé l’ergothérapie auprès d’enfants dans divers contextes, notamment en pédopsychiatrie et en pédiatrie sociale.

♦ Elle est l’autrice de l’album illustré Les maladresses d’Agnès (Dominique et Compagnie) et de l’ouvrage pédagogique Des sciences sociales à l’ergothérapie (PUL).

♦ Elle habite à Sherbrooke.

EXTRAIT

Emmanuelle Jasmin
Photo courtoisie

« Je ne me rappelle plus exactement quand la timidité est apparue dans ma vie. Je sais seulement qu’elle surgit si je me trouve avec une personne inconnue ou peu familière, ou si l’attention des autres est tournée vers moi. Tout à coup, j’éprouve de l’embarras et je me sens vulnérable, presque nue comme un ver ! Et là, tel un escargot, je rentre aussitôt dans ma coquille. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.