/world/usa
Navigation

Johnny Depp, tête d'affiche de son procès en diffamation

Johnny Depp, tête d'affiche de son procès en diffamation
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Parfois désobligeant, décousu, mais également poétique, Johnny Depp a endossé cette semaine, dans le procès en diffamation qu’il intente à son ex-femme Amber Heard, un rôle qu’il connaît bien: celui de la vedette. 

• À lire aussi: «Brûlons Amber»: des textos violents de Johnny Depp lus au tribunal

• À lire aussi: Amber Heard me «frappait», accuse son ex-mari, Johnny Depp

• À lire aussi: Des accusations «odieuses» contre Johnny Depp

Durant trois jours, l’acteur a cherché, en tant que témoin, à convaincre le jury que les allégations de violences conjugales portées contre lui étaient fausses et lui avaient surtout coûté sa carrière.

Les avocats de l’actrice de 36 ans ont noyé Johnny Depp, 58 ans, de questions sur son passé d’abus de drogues et d’alcool, dans l’idée de saper sa crédibilité. Des séquences ont été retransmises en direct sur des chaînes d’information américaines, friandes des détails révélés.

L'acteur des Pirates des Caraïbes a gardé son calme durant ce contre-interrogatoire, mais il a eu quelques éclats de colère.

Pressé par Ben Rottenborn, l’avocat de son ex-épouse, de répondre «oui ou non» à une simple question, Johnny Depp a rétorqué que «rien n’était simple dans ce dossier».

La vedette hollywoodienne s’est rapidement familiarisée avec les passes d’armes entre avocats qui se sont constamment interrompus, ses représentants accusant la défense de se baser uniquement sur des rumeurs.

«Je crois que ce sont des ouï-dire», a commenté Johnny Depp à propos de ses propres déclarations, provoquant le rire de la salle d’audience, où quelques admirateurs de l’acteur étaient présents.

«Monstre»

Bagues argentées aux doigts, Johnny Depp s’est présenté au tribunal de Fairfax, près de la capitale américaine, les cheveux tirés en catogan, laissant voir ses boucles d’oreilles.

Au fil des jours, il a opté pour des costumes trois-pièces, alors qu'il s'est présenté jeudi avec un ensemble entièrement noir.

Amber Heard, qui a joué dans les grosses productions hollywoodiennes Justice League et Aquaman, a choisi des complets, coiffant chaque jour différemment ses longs cheveux blonds.

Elle est restée le plus souvent impassible en écoutant le témoignage de Johnny Depp, chuchotant à l’oreille de ses avocats et prenant des notes.

Mais elle est apparue émue lors de la projection d’une vidéo qu’elle avait filmée à l’insu de son mari de l’époque, que l’on voit violemment claquer des portes de placard de cuisine avant de se servir un grand verre de vin.

L’actrice, née au Texas, a aussi semblé bouleversée quand ses avocats ont diffusé un enregistrement audio dans lequel on l’entend supplier Johnny Depp de ne pas se couper avec un couteau.

Les avocats d’Amber Heard ont affirmé qu’il pouvait devenir un «monstre», violent physiquement et sexuellement, quand il était saoul ou sous l’emprise de la drogue. 

Ils l’ont donc longuement interrogé sur sa consommation de substances illicites.

Quant à ses virées avec la vedette controversée du rock Marilyn Manson, Johnny Depp a répondu qu’ils avaient «bu ensemble» et «pris de la cocaïne ensemble peut-être deux ou trois fois».

Dans un message envoyé à un autre de ses amis, il racontait être sur le point de monter dans un avion en «n’ayant pas mangé depuis des jours; j'ai bu la moitié d’une bouteille de whisky, deux de champagne, 1000 cocktails de vodka Red Bull et pris des pilules».

Message texte au ton violent

Ces heures d’audience ont égrené plus de détails sur la vie de célébrité qu’il n’en faudrait pour remplir un magazine people.

Johnny Depp a admis devant le jury qu’il soupçonnait l’acteur James Franco d’avoir eu une aventure avec sa femme.

Il a aussi raconté combien Amber Heard était jalouse du tatouage «Winona Forever» qu’il s’était fait faire sur le bras droit, souvenir de l’époque où il était en couple avec l’actrice Winona Ryder.

Pour apaiser cette jalousie, Johnny Depp a fait gommer les deux dernières lettres du prénom, transformant son ancienne déclaration d’amour en blague argotique, «Wino Forever», ce qui signifie «alcoolique pour toujours» en français.

La cour a aussi pu lire des messages dans lesquels Johnny Depp traite Amber Heard de «sale pute» et Vanessa Paradis, mère de ses deux enfants, d’«extorqueuse française».

La relation toxique entre ces vedettes, mariées pendant deux ans, a été étalée au grand jour, car le procès se concentre sur les allégations de violences dont les acteurs s’accusent mutuellement.

Johnny Depp poursuit Amber Heard en diffamation et lui réclame 50 millions de dollars à la suite d'une tribune qu’elle a fait publier dans le Washington Post en 2018.

Dans ce texte, elle ne le citait pas nommément, mais elle évoquait les accusations de violences conjugales qu’elle avait portées contre son mari en 2016.

Amber Heard a rétorqué par une plainte en exigeant de son côté 100 millions de dollars, assurant qu’il lui avait infligé «des violences physiques et sexuelles constantes».

Le procès reprendra lundi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.